Les emplois détruits par le numérique ? Benoît Hamon escamote une partie d'un rapport de l'OCDE

Les emplois détruits par le numérique ? Benoît Hamon escamote une partie d'un rapport de l'OCDE
PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

VERIFICATION - Durant le débat face à Manuel Valls, Benoît Hamon a cité un rapport de l'OCDE sur la destruction d'emplois par la révolution numérique. Un constat partiellement vrai, mais qui ne tient pas compte des conclusions des experts.

La révolution numérique risque-t-elle ne nous faire perdre "10% des emplois" actuels à l’horizon 2025 ? C'est ce qu'a affirmé Benoît Hamon ce mercredi soir lors du débat d'entre-deux tours face à Manuel Valls. 

Pour avancer ce chiffre, le candidat socialiste cite une étude de l'OCDE, qu'il avait déjà signalée à plusieurs reprises lors de ses meetings. Il y voit une justification pour proposer "un nouveau partage du travail" et une "nouvelle protection sociale" afin de permettre aux salariés d'être soutenus lorsque leur métier sera impacté.  

Voir aussi

Les conclusions de l'OCDE sont différentes

Le rapport cité, "Automatisation et travail indépendant dans une économique numérique" (2016), n'a pas une vision aussi tranchée de l'avenir du travail que Benoît Hamon. S'il évoque en effet ce risque de destructions d'emplois à court terme, les conclusions des experts sont assez différentes. Ils le signalent même dans un chapitre intitulé "Chômage technologique ?" Et voici leur réponse : 

"Le risque de chômage technologique massif peut être écarté pour plusieurs raisons. Tout d'abord, bien que le nombre de nouveaux emplois directement créés par le secteur des TIC ne permette pas forcément de compenser les emplois supprimés, de nouveaux emplois sont susceptibles d'apparaître parallèlement au développement des applications technologiques et à l'expansion d'autres secteurs [...]" L'OCDE évoque par ailleurs la possibilité d'une "sur-estimation" de l'impact de l'automatisation. Des arguments qui vont plutôt dans le sens de Manuel Valls, qui évoquait mercredi soir la création future "de nouveaux métiers" susceptibles de compenser ces pertes. 

Bouleversement des métiers

L'OCDE ne ferme toutefois pas la porte à l'analyse de Benoît Hamon. Tout en écartant l'hypothèse du "chômage technologique", l'organisation anticipe bien "des suppressions d'emplois" inéluctables, mais surtout "des modifications de la structure des professions". 

"L'ampleur de ces changements", conclut-elle, "variera d'un pays à l'autre, reflétant les différences en matière de tissu industriel et de profil de qualifications de la main d'oeuvre". 

Voir aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent