Rugby, rhume et "société du farniente" de Manuel Valls : le show de Benoît Hamon à Clermont-Ferrand

AILIER DROIT DE LA PRIMAIRE - En meeting à Clermont-Ferrand lundi soir, Benoît Hamon a détendu l'atmosphère avec quelques blagues. L'occasion de rappeler qu'il fait parti du "XV Parlementaire", le club de rugby de l'Assemblée nationale, et de tacler Manuel Valls.

Benoît Hamon était remonté à bloc malgré son vilain rhume. En meeting à Clermont-Ferrand sur des thèmes très sérieux comme le travail, le revenu minimum ou l'économie sociale et solidaire, le député des Yvelines a su maintenir l'attention de la salle en rythmant son propos avec quelques blagues bien senties, et notamment sur le rugby, une passion bien ancrée dans la région. 


Flanqué de son soutien Michel Pouzol, député PS de l'Essonne qui arborait le t-shirt jaune et bleu de l'ASM Clermont-Auvergne, le candidat de la primaire à gauche en a profité pour évoquer, avec un brin d'autodérision, leur duo au sein de l'équipe de rugby de l'Assemblée nationale. "Michel Pouzol et moi avons la particularité de jouer dans le XV Parlementaire", a expliqué Benoît Hamon, qui est ailier droit au sein de la formation. "Et vous savez avec qui il pousse en mêlée, Michel ? Avec Jean-Frédéric Poisson ! [Le candidat chrétien-démocrate de la primaire à droite, proche de la Manif pour tous]. Donc Poisson pousse à gauche tandis que Michel pousse à gauche... N'y voyez pas une métaphore de la situation politique désordonnée que nous connaissons !"

Les parlementaires britanniques, des "vicieux"

Poursuivant l'anecdote, le député s'est amusé à dépeindre les rencontres avec l'équipe de rugby des homologues du Royaume Uni. "Nous bataillons vaillamment contre les parlementaires britanniques, qui sont tout aussi vicieux au rugby qu'ils peuvent l'être parfois dans d'autres domaines... Enfin, ils sont vaillants eux aussi... Bref, on se marre bien dans nos temps de pause". Avant de préciser qu'avec la campagne pour la primaire, Benoît Hamon fait "un peu moins de rugby et un peu plus de meetings". 


Manifestement plus relax que lors du débat de la veille, le candidat de l'aile gauche du PS, qui devait s'interrompre régulièrement pour se moucher, a rajouté une blague pour l'occasion. Il faisait référence à ses propos tenus dimanche soir dans lesquels il estimait que les Français n'avaient pas besoin de trouver un homme ou une femme providentiels à l'occasion de la présidentielle. 

Vous voyez, je me mouche. Un homme providentiel ne se moucherait pasBenoît Hamon

Et d'imputer son rhume à la chaîne iTélé et à son patron Vincent Bolloré, les candidats ayant grelotté toute la soirée de dimanche en raison d'une climatisation manifestement trop puissante. 

Il tacle Valls sur le revenu minimum

La présence d'un intervenant à ses côtés lui a permis de rebondir enfin sur les critiques émises par Manuel Valls sur sa proposition de revenu universel d'existence. L'intervenant, dénommé Gérald, était présenté comme "un spécialiste de la pêche". Réaction de Benoît Hamon : "Je voyais déjà Manuel Valls dire 'vous voyez, c'est la société du farniente. C'en est fini du travail, on nous prépare la société de la paresse !'"


Puis Benoît Hamon rétorque à Manuel Valls : "Je trouve paresseux de dire cela quand on tente de penser un nouveau pilier de la Sécurité sociale. On disait la même chose à Michel Rocard [dont Manuel Valls fut le conseiller à Matignon, ndlr] quand il a fait le RMI".  

En vidéo

Benoit Hamon : "Marine Le Pen peut être notre Donald Trump"

En vidéo

Hamon sur Fillon : "Il est chrétien quand ça l'arrange"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Plus d'articles

Lire et commenter