Ségolène Royal appelle au "rassemblement des forces de gauche" et reproche à Manuel Valls le 49.3

Ségolène Royal appelle au "rassemblement des forces de gauche" et reproche à Manuel Valls le 49.3
PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
CHOISIS TON CAMP - Ségolène Royal ne peut plus éviter les questions autour d'un éventuel rapprochement entre elle et Emmanuel Macron. Elle joue alors au jeu du "ni oui, ni non". Par contre, concernant Manuel Valls...

Invitée du "Grand Rendez-Vous" d’Europe 1, ce dimanche 8 janvier , Ségolène Royal aura bien tenté de ne pas donner son avis, ni sur la primaire de la gauche, ni sur Emmanuel Macron. Et pourtant... elle a reconnu chez l'ancien ministre de l'Economie une "attente de l'opinion : être en dehors des systèmes". De plus, elle commente sobrement sa proposition au sujet de la démocratie participative : "Il reprend un certain nombre de méthodes, c’est bien."

Il y a un besoin de respiration, d’invention du futur. Casser les codes suscite plus d’écoutes. Il faut que les structures partisanes bougent, s’adaptent.Ségolène Royal

Si la ministre de l'Ecologie a déclaré "pens[er] aller voter à la primaire", sans nous dire pour qui, elle n'exclut toujours pas l'option Macron, affirmant simplement : "Il faudra le rassemblement de forces de gauche et des forces progressistes après la primaire autour du candidat le mieux placé".

Valls, renvoyé à son 49.3

On sait toutefois le peu d'amour que porte Ségolène Royal pour l'ancien Premier ministre. Cette fois-ci, elle lui reproche son usage du 49.3 pour faire adopter la loi Travail : "On a beaucoup souffert du 49.3. Il ne peut pas être utilisé contre notre majorité parlementaire. C’est difficilement compréhensible, ça n’a pas été compris par l’opinion."


Surprenant commentaire d'une ministre à son ex-chef, sa vision des manifestations contre cette loi l'est aussi : "Les Français avaient déjà subi les épreuves du terrorisme, les forces de l’ordre étaient déjà fatiguées. Il y a eu des policiers et des manifestants blessés. Ça a donné une image terrible de la France. C’était trop."

En vidéo

Ségolène Royal : "Personne n'est candidat naturel"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter