Quatre choses à savoir sur Sylvia Pinel, candidate PRG à la primaire de gauche

Quatre choses à savoir sur Sylvia Pinel, candidate PRG à la primaire de gauche
PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

QUI SUIS-JE - L'ex-ministre du Logement Sylvia Pinel sera candidate à la primaire de gauche, après la décision annoncée mercredi par le Parti radical de gauche dont elle est la présidente. Elle sera la seule femme dans ce scrutin. Que retient-on de son action ?

Son parti a tranché pour elle. Sylvia Pinel, qui critiquait le principe de la primaire il y a encore onze jours et envisageait de se lancer directement dans la présidentielle, participera finalement au rendez-vous électoral de la gauche prévu en janvier. Comme Jean-Michel Baylet lors de la primaire de 2011 (0.64% des voix au premier tour), l'élue du Tarn-et-Garonne, âgée de 39 ans, portera la voix du PRG au sein de la gauche. Elle sera aussi la seule femme parmi les huit candidats en lice.

Malgré sa participation aux gouvernements de Jean-Marc Ayrault puis de Manuel Valls, l'ex-ministre du Commerce puis du Logement est peu connue du grand public. Quels sont les faits marquants de son action politique ?

Lire aussi

    Au Logement, elle a assuré l'après-Duflot

    Ministre du Logement après le départ de l'écologiste Cécile Duflot en 2014, jusqu'à son élection au conseil régional d'Occitanie en décembre 2015, Sylvia Pinel a géré pour partie les dossiers lancés par sa prédécesseure, notamment le grand chantier de la rénovation thermique des bâtiments. Toutefois, l'ex-ministre radicale a également porté, en 2014, un plan d'investissement pour le logement visant notamment à raccourcir les délais de procédure ou de contentieux pour relancer la construction. Elle a aussi supervisé le "pacte" avec les organismes HLM pour réaliser 150.000 logements sociaux par an,  promesse du quinquennat. Enfin, le "dispositif Pinel", prolongé jusqu'en décembre 2017, vise à relancer la rénovation des bâtiments au bénéfice des propriétaires qui louent un logement à loyer "intermédiaire". 

    Au Commerce, elle a mis les "Poussins" en colère

    Précédemment ministre du Commerce, Sylvia Pinel a suscité le mouvement des "Poussins", rassemblant des auto-entrepreneurs en colère contre son projet de réforme visant à limiter dans le temps le recours à ce statut et à réviser les plafonds prévus, après avoir décrété une hausse de leurs cotisations sociales. Le nombre de nouveaux micro-entrepreneurs a commencé à chuter depuis 2016.

    A l'Assemblée, elle s'en prenait à une vieille loi machiste

    Députée depuis 2007 (elle était auparavant chef de cabinet du patron du PRG, Jean-Michel Baylet), Sylvia Pinel a ajouté son nom à plusieurs propositions de loi, dont celle demandant, sous le quinquennat Sarkozy, la suppression d'une vieille loi du 26 Brumaire an IX qui imposait aux femmes de demander l'autorisation à la préfecture pour pouvoir s'habiller avec des vêtements masculins

    Elle a également participé à des propositions de loi visant à créer une circonscription unique sur l'ensemble de la France pour les candidats aux élections européennes, et plus récemment, à encadrer le pouvoir de nomination du président de la République ou encore à améliorer la protection des animaux dans les abattoirs. 

    Elle n'a jamais critiqué François Hollande

    Sylvia Pinel, qui estimait que François Hollande, s'il souhaitait se présenter, ne devait pas passer par une primaire, n'a jamais émis de critique à l'égard du chef de l'Etat, à l'instar de l'autre figure gouvernementale du PRG, Jean-Michel Baylet. Bien au contraire. "François Hollande laisse le pays dans une situation assainie et offre à la gauche de nouvelles perspectives pour rassembler les Français", a-t-elle assuré après le renoncement de ce dernier à se présenter en 2017. Au demeurant, elle ne s'est pas non plus illustrée en critiquant l'ancien chef de son gouvernement, Manuel Valls, porteur, selon elle, comme le PRG, d'un "réformisme" de gauche. 

    Lire aussi

      En vidéo

      Primaire de la gauche : qui soutient qui

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent