Revenu universel : passe d'armes entre Benoît Hamon et Manuel Valls par meetings interposés

DirectLCI
PAS D'ACCORD - Benoît Hamon et Manuel Valls ont défendu ce mardi soir par meetings interposés leur vision du revenu universel. Alors que l'ancien Premier ministre a dit ne pas vouloir d'une "société du farniente", Benoît Hamon a répliqué en affirmant qu'il s'agissait d'une critique semblable à celles formulées par la droite à l'époque de la mise en place du RMI par Michel Rocard.

Alors que ce mardi matin, la plupart des adversaires de Benoît Hamon avaient critiqué la mise en place du revenu universel dans les médias, Manuel Valls en a rajouté une couche le soir lors d'un meeting dans le Puy-de-Dôme. "Je suis pour une société du travail, je ne suis pas pour une société de l’assistanat ou du farniente. Je ne suis pas pour distribuer un revenu universel à chacun" a déclaré l'ancien Premier ministre. Ce dernier est favorable à ce qu'il appelle un "revenu décent", accordé en fonction des ressources, dès 18 ans.

Valls contre Hamon = la droite contre Rocard

"Quand j’entends Manuel Valls dire que ce que je propose c’est la société du farniente, en gros l’incitation à la paresse, je me rappelle que Michel Rocard, quand il a fait le revenu minimum d’insertion (RMI), on le lui disait de la même manière. C’était les gens de droite" a répliqué Benoît Hamon en meeting à Montpellier. 


"Nous sommes devant des mesures sérieuses qui méritent mieux que l'anathème, surtout quand on va puiser ses commentaires dans ce qui est d'ordinaire le vocabulaire et le répertoire de nos adversaires politiques", a-t-il déclaré. "Dénigrer une mesure comme celle-là va compliquer la tâche pour le rassemblement", a-t-il ajouté. "Si je trompe tant, mais si beaucoup de Français me font confiance, comment feront-ils (pour voter pour Valls s'il gagne, ndlr) ?"

En vidéo

VIDÉO - Le revenu universel, une proposition qui fait débat chez les candidats à la primaire

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter