Supprimer le 49.3 : à droite comme à gauche, on sourit et on ironise sur la proposition de Valls

QUI L'EÛT CRU - Manuel Valls a surpris tout le monde, ce jeudi matin, en annonçant qu'il souhaitait supprimer le 49-3 s'il était élu président de la République en 2017. Sa proposition a fait sourire la majorité des hommes et femmes politiques, de droite comme de gauche.

Alors qu'il s'en est lui-même servi à de nombreuses reprises lorsqu'il était Premier ministre, Manuel Valls a fait part de son intention de supprimer "purement et simplement" le 49.3 "hors textes budgétaires" s'il était élu en 2017 -cet article de la Consitutition permet au gouvernement d'adopter une loi sans vote. Une annonce qui a surpris beaucoup de monde, à droite comme à gauche. 

"Il y a eu Manuel Valls et aujourd'hui il y a Valls Manuel, qui dit le contraire de ce qu'il a fait lorsqu'il était au pouvoir, a déclaré Noël Mamère sur BFMTV. C'est en se comportant de cette façon qu'on éloigne un peu plus les politiques des citoyens. Je me réjouis que monsieur Valls change d'avis sur le 49.3, il rejoint mes propositions (...) et je me réjouis qu'il veuille renforcer le rôle du Parlement après s'être essuyé les pieds sur le Parlement comme une serpillière. Ça fait quand même un peu drôle..." a-t-il ajouté.

"Manuel Valls qui veut le supprimer, ça me surprend"

Toujours sur BFMTV, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a été tout aussi surpris par cette proposition. "Manuel Valls qui veut le supprimer, ça me surprend". Mais selon lui "restreindre l'utilisation du 49.3 me paraît une bonne solution". 


Même si elle a jugé cette idée "très bonne", Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS, interrogée sur LCI, a été critique avec Manuel Valls. "Manuel Valls essaye de réparer par petits bouts le pot qu’il a cassé, la logique d’ensemble qu’il a cassé. Mais les Français jugent les gens à leurs actes, leurs convictions, leur cohérence, leur projet. C’est les quatre éléments déterminants, mais je crois quand même qu’en la matière Manuel Valls soit en défaillance et en manque."

En vidéo

Marie-Noëlle Lienemann sur le 49.3 : "Manuel Valls essaie de réparer les pots cassés"

Arnaud Montebourg, adversaire de l'ancien locataire de Matignon à la primaire de la gauche, estime quant à lui que son concurrent aurait dû supprimer le 49.3 de "sa pratique" et rappelle que dans la VIe République qu'il appelle de ses voeux, l'utilisation du 49.3 ne serait pas possible.

La droite ironise

A droite, Thierry Solère, le porte-parole de François Fillon, a rappelé que Manuel Valls avait utilisé le 49.3 à plusieurs reprises, contrairement à son candidat. "Manuel Valls a été un ministre qui a utilisé cet outil à plusieurs reprises. Je vous rappelle que François Fillon, quand il était Premier ministre n’a jamais utilisé le 49.3. Il vient aujourd'hui vous dire qu’il n’a jamais utilisé le 49.3. Si il continue ainsi sa campagne, il va bientôt nous dire qu’il faut évacuer Notre-Dame-des-Landes, redresser les comptes de la Sécurité sociale, faire baisser le chômage…". 

En vidéo

49.3 : "Manuel valls a utilisé cet outil et il vient aujourd'hui vous dire qu'il ne faut pas l'utiliser", ironise Thierry Solère

L'extrême-droite n'est pas en reste. Marion Maréchal-Le Pen trouve cela "consternant" et Florian Philippot estime que Manuel Valls s'est décridibilisé, comme François Fillon sur la Sécurité sociale.

"Ni un mea culpa, ni une repentance"

Didier Guillaume, directeur de campagne de Manuel Valls, a estimé au micro de LCI que "ce n’est ni un mea culpa ni une repentance. Il n’y a pas de regrets. Le 49.3 a été utilisé des dizaines et des dizaines de fois sous la Ve République. (…) Pour demain, s’il est élu président de la République, il pense que ce n’est pas par le 49.3 qu’il faut gouverner." 

En vidéo

Didier Guillaume sur le 49.3 : "Il n'y a pas de regret à avoir"

En vidéo

Manuel Valls souhaite supprimer le 49.3 de la constitution

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter