"Hamon la menace", "Valls Tartuffe"... Gilbert Collard étrille les candidats à la primaire de la gauche

"Hamon la menace", "Valls Tartuffe"... Gilbert Collard étrille les candidats à la primaire de la gauche
PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

ATTAQUE - Au lendemain du premier tour de la primaire de la gauche, le député FN Gilbert Collard a ironisé sur une gauche "complètement déconnectée". En étrillant au passage, un à un, les principaux protagonistes.

Si c’était une pièce de Molière, le Parti  socialiste aurait sans doute joué le premier rôle. C’est en substance le message qu’a voulu faire passer Gilbert Collard, invité d’Audrey Crespo-Mara, au lendemain du 1er tour de la primaire de la gauche.

Véhément et incisif, le député FN n’a pas mâché ses mots, égratignant des politiques qu’il abhorre. "Ils font partie du parti socialiste tel que je l'exècre, le parti de la tartufferie de l'irréel". Avant d’écorcher l’ancien Premier ministre, Manuel Valls : "Vous connaissez cette phrase célèbre 'cachez ce sein que je ne saurais voir' ? Et bien on imagine parfaitement  Valls dans le rôle de Tartuffe, avec 'Cachez ce 49.3 que je ne saurais voir'. Cette tartufferie, cette hypocrisie et cet irréalisme m'insupporte."

"Benoît Hamon, c’est Max la menace"

Mais Gilbert Collard ne s’est pas arrêté au récent démissionnaire de Matignon. Interrogé sur la "menace Hamon" pour le Front national, il a une nouvelle fois ironisé. "Benoit Hamon ? Vous blaguez ? C'est Max la menace, c'est un gag."

Pour lui, la gauche n’a été unie que lorsqu’elle a eu à sa tête François Mitterrand, "un homme de droite". Rappelant l’illusion dans laquelle le PS était plongé. "Hamon, c'est la gauche fumette, la gauche dans l’irréalisme le plus total : le revenu universel, etc."

C'est une gauche complètement déconnectée.- Gilbert Collard

Montebourg et Pinel pas épargnés

Les deux candidats présents au second tour passés au crible, le soutien de Marine Le Pen n’a pas omis de tancer Arnaud Montebourg. "Il n’est pas arrivé à incarner ce qu’il dit, il a incarné un côté un peu salonard, on a toujours l’impression qu’il sort du dernier salon de la nuit parisienne", soulignant l’échec de la campagne de l’ancien ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique. Avant de tourner en dérision "le  soutien confetti de la candidate des radicaux de gauche", Sylvia Pinel.

"Ils ont bousillé la gauche"

En vidéo

"Ils ont cassé la gauche, ils l'ont bousillé", dit Gilbert Collard à propos des candidats à la primaire

Outre les attaques personnelles, Gilbert Collard a terminé par un état des lieux plus que sévère des cinq dernières années d’un gouvernement socialiste, auquel tous les candidats ont participé. "Ils ont cassé la gauche, l’ont complètement bousillée. Le principal responsable est François Hollande, mais tous ces hommes sont coauteurs au sens de la loi pénale, responsables de l’incapacité à assumer le réel."

En vidéo

"Hamon, c'est la gauche fumette, c'est la gauche dans l'irréalisme le plus total" pour Gilbert Collard

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent