JT WE - Primaire de la gauche : dans un bureau de Lille, fief historique de la gauche, 20 bulletins dans l'urne à 11h

JT WE - La gauche espère une forte mobilisation pour le 1er tour de sa primaire, encore plus dans ses fiefs historiques. Mais à l’image du Nord, les gens étaient peu enclins à aller voter ce dimanche.

Dans toute la France, les bureaux sont ouverts depuis 9h. L’ambition du Parti socialiste ? Atteindre une participation d’au moins 1,5 millions de personnes et redonner une légitimité au parti après cinq ans de pouvoir somme toute contrastés.

Pour cela, la gauche espère pouvoir compter sur ses fiefs historiques. Comme le Nord.


Ce dimanche matin, à Lille, les militants étaient présents dès 8h15 pour préparer les bureaux de vote, dans une ambiance mâtinée d'une certaine inquiétude. Il faut dire que l’enjeu est immense.


Avant même l’ouverture officielle, beaucoup veulent croire en la mobilisation de leur électorat. Mais les doutes persistent toujours. "Nous avons besoin d’une forte participation", "C’est une fin de cycle", la confiance n’est pas de mise.

Vingt bulletins à 11h

A 9h, les plus motivés affichent encore des motifs d’espoir : "Je veux croire que le candidat élu saura emmener la gauche vers la victoire", concède une militante.

"Il faut savoir se manifester et se mobiliser. Il y a des choses qui ne me plaisent pas, à droite, et surtout à l’extrême droite", martèle une autre. Cependant, en fin de matinée, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Dans un bureau de vote en banlieue de Lille, seul vingt bulletins avaient été glissés à 11h.

"Le choix n’est pas emballant du tout ", regrette une femme, alors qu’une autre commente : "Il n’y aura pas beaucoup de monde, les gens sont dépassés". Enfin même constat sur le marché de Wazemmes, un quartier populaire lillois. Peu de gens iront voter et ce sont même les militants pro-Macron qui donnent de la voix.   

En vidéo

JT WE - Primaire à gauche : 400.000 votants à la mi-journée sur 2/3 des bureaux

En vidéo

JT WE - Primaire à gauche : mobilisation forte en Occitanie

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter