Primaire de la gauche : le conseil "amical" de Cambadélis à Valls

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
GRAND JURY LCI - Le premier secrétaire du PS, chantre du grand rassemblement de la gauche pour la présidentielle, a prévenu le Premier ministre qu'il devra opter pour une ligne fédératrice pour avoir une chance de l'emporter face au FN.

Il le dit et le répète : la "seule chance" pour la gauche d'arriver au second tour de la présidentielle, c'est "le rassemblement". Jean-Christophe Cambadélis, invité du Grand Jury LCI / RTL et Le Figaro ce 4 décembre a donc appelé "toute la gauche à la responsabilité", rappelant qu'il y a "le FN qui rôde et qui peut remporter l'élection".  


"Je conseille amicalement à Manuel Valls... " Ciblant Manuel Valls en particulier, le chef des socialistes s'est adressé à ce dernier : "Je conseille amicalement à Manuel Valls d'être sur une position, nouvelle, de rassemblement", a martelé Cambadélis alors que l'officialisation de la candidature du Premier ministre est imminente


"Emmanuel, n'aie pas peur." Cela signifie, pour le premier secrétaire du PS, organiser une grande primaire incluant Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. A ce dernier, il répète donc : "Emmanuel, n'aie pas peur, on ne peut pas gagner sans combattre".  Samedi, Cambadélis les avait déjà appelés à concourir. Peine perdue sans doute, les deux candidats opposant depuis des mois une fin de non-recevoir à cette hypothèse, Macron étant entré en lice en solo, et Mélenchon avec l'appui du PCF. 

"Au moins 2 millions de participants". L'objectif ultime de cette grande union : que l'intégralité de la gauche "propulse" un seul et unique candidat, celui qui sera investi à l'issue de ce scrutin.  Pour accentuer sa légitimité, il espère une importante participation des citoyens lors du vote de janvier. Et table sur au moins "deux millions de participants". 


Après le "traumatisme", l'appel au rassemblement des proches de Hollande. A l'attention des proches de François Hollande, "traumatisés" selon lui par les luttes intestines ayant conduit au "sacrifice" de l'actuel président qui a choisi de ne pas se représenter, il profère le même conseil : "Les proches de François Hollande sont dans une situation de traumatisme, mais je leur dis : "rassemblez-vous !". 

Lire aussi

"Casser le Hollande bashing". Le très proche du chef de l'Etat, via une lyrique anaphore, a témoigné son "respect pour cet homme qui a pensé d'abord à la France".  Approuvant son choix de ne pas se représenter, il a estimé qu'une candidature aurait en effet été "bancale" dans un combat face à François Fillon : "J'ai en effet pensé que la situation serait très difficile avec François Fillon" (...). "Son programme excessivement violent". "Il fallait donc casser le Hollande bashing". Or le président s'est "sacrifié pour l'intérêt général". "Cela revalorisera le bilan de son mandat", espère Cambadélis. 

Ces déclarations interviennent à peine deux jours après l'annonce de François Hollande de ne pas se représenter. Manuel Valls, dont l'entrée en lice est largement pressentie, doit quant à lui officialiser de manière imminente une candidature à la primaire qui passerait inévitablement par sa démission de Matignon.  

Lire aussi

En vidéo

J-C Cambadélis : "les proches de François Hollande sont dans une situation de traumatisme mais je leur dit, rassemblez-vous"

Lire aussi

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter