VIDÉO - Sécurité sociale : Montebourg tacle Fillon et propose une "mutuelle publique à prix modéré"

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
PROGRAMME - Invité de Yves Calvi sur LCI ce vendredi 16 décembre, Arnaud Montebourg a dévoilé quelques mesures de son programme. Le candidat à la primaire de la gauche se place comme l'anti-Fillon. Il veut baisser la CSG et préfère adopter une politique keynésienne à une politique de rigueur. Pour enfoncer le clou, il adopte une vision diamétralement opposée au candidat de la droite concernant la santé.

"Pourquoi voulez-vous faire des réformes pour faire des réformes ?" Le ton est donné : si la droite martelle que la Sécurité sociale doit être réformée, Arnaud Montebourg a une vision bien différente. Un moyen de développer sa ligne politique mais surtout de taper sur son adversaire principal : le vainqueur de la primaire de la droite, François Fillon.

Il n'est pas nécessaire de la privatiser comme propose M. Fillon (...) pour prétendument la sauver alors qu'elle n'est pas en danger.Arnaud Montebourg

"Il n'est pas nécessaire de la privatiser comme propose M. Fillon, de la désétatiser", souligne l'ancien Ministre du Redressement productif, "pour prétendument la sauver alors qu'elle n'est pas en danger." Arnaud Montebourg propose d'ailleurs tout bonnement l'inverse. Créer "une mutuelle de la Sécurité sociale à prix modéré", autrement dit, une mutuelle publique. 


Selon lui, cela permettrait de démocratiser l'accès aux soins : "36% renconcent à se soigner" face aux frais complémentaires. Il estime que les contributeurs paieraient moins de frais de gestion, une économie non négligeable. "La Sécurité sociale gère mieux que le privé", s'amuse-t-il dans un énième tacle à son rival. "Ça il faudrait l'enseigner à M. Fillon qui ne s'en est pas rendu compte."

En vidéo

Arnaud Montebourg veut que l'Etat salarie des médecins pour mettre fin aux déserts médicaux

Arnaud Montebourg a d'autres projets en termes de santé, il veut mettre fin aux déserts médicaux. Comment alors compte-il s'y prendre ? Le socialiste constate que beaucoup de maisons médicales, mises en place dans les campagne par les collectivités, proposent de nombreux soins mais attirent peu de médecins généralistes. Il souhaiterait que l'Etat finance des dispensaires dans ces établissements de santé et salarie des médecins.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter