VIDEO - Chafouin, Stéphane Le Foll refuse d'annoncer son soutien à Manuel Valls

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
ON EN A GROS - Le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, a clairement affiché son agacement envers Manuel Valls ce lundi matin, quelques heures avant l'annonce de sa candidature à la présidentielle.

Le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll était grognon ce lundi matin. Invité de franceinfo, il a été amené à commenter la très prochaine candidature de Manuel Valls à l'élection présidentielle. "J’ai appris ça quand j’étais dans la voiture ce matin et donc il annoncera sa candidature ce soir à 18h30", a-t-il commenté sans aucune émotion. 


Avant de montrer son agacement et un peu de dédain. "Il ne téléphone pas à son porte-parole ?" lui demande Jean-Michel Apathie. "Non je ne crois pas, là non non non non."  "Les ponts sont coupés ?" relance le journaliste ? "Oh les ponts ne sont pas coupés." "Ce n’est pas très chaleureux, constatent les journalistes présents autour de la table. Vous êtes fâchés-fâchés ?". "Non je ne suis pas fâché du tout, les ponts ne sont pas coupés. Mais il n’appelle pas son porte-parole pour annoncer sa candidature à la présidentielle."

Lire aussi

Sur un possible soutien à Manuel Valls, Stéphane Le Foll a balayé : "J'ai dit que je prendrais du temps, et un peu de recul". "Je pense que la gauche a besoin de se rassembler. Je veux d’abord aussi voir les grands enjeux, les lignes directrices. Je ne suis pas là pour annoncer quelque soutien que soit, je suis là pour regarder politiquement ce qui nous permettra de gagner."

"Je n'ai pas beaucoup de goût pour ce que peut proposer Arnaud Montebourg"

En très grande forme malgré des yeux remplis de sommeil, le ministre s'en est également pris à Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Economie et Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste. "Je n’ai pas beaucoup de goût pour ce que peut proposer, par exemple, Arnaud Montebourg, qui a dit beaucoup de choses, en particulier qu’il fallait appeler à faire venir des gens de droite pour battre François Hollande. A l’époque, j’ai été le seul à dire que ce n’était pas comme ça qu’il fallait faire une primaire. Je l’ai dit à plusieurs reprises. Là, il aurait dû y avoir un peu plus de ligne directrice de la part du Premier secrétaire du Parti socialiste." 

Le Foll se voit bien à Matignon

Fin du feu d'artifice avec le dernier tacle que le porte-parole du gouvernement prend soin de glisser en rejetant la possibilité de se présenter à la primaire. "J'ai un peu le sens des responsabilités, je ne suis pas là pour ajouter des divisions." En revanche, il ne serait pas contre le fait d'intégrer Matignon. "Je ne dis pas non car je n’ai jamais reculé devant mes responsabilités. Je fais partie des trois ministres qui sont restés le plus en responsabilité. J’ai acquis une expérience et une responsabilité qui font qu’on peut citer mon nom. Est-ce que je peux faire des choses ? Est-ce que je peux être à la hauteur ? Je dis oui."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter