Vincent Peillon aura lui aussi son émission politique sur France 2, mais pas celle qu'il souhaitait

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

TÉLÉVISION - Vincent Peillon sera l’invité, mardi 3 janvier, de "L’Entretien politique" sur France 2. Une invitation qui fait suite aux doléances de son entourage qui s'est plaint du "traitement de faveur" réservé à Manuel Valls, invité de "L'Emission politique" le 5 janvier. Mais la solution trouvée par la chaîne ne satisfait pas le candidat à la primaire de la gauche.

Vincent Peillon aura lui aussi son émission politique sur France 2. Depuis l'invitation de Manuel Valls à "L'Emission politique" le 5 janvier prochain, le candidat à la primaire de la gauche et son équipe dénonçaient un "traitement de faveur" réservé à l'ancien Premier ministre. La chaîne lui a donc proposé d'être l'invité de "L'Entretien politique" le 3 janvier prochain, le même jour que la présentation de son programme aux Français. Mais cette émissionn ne dure qu'une trentaine de minutes, contre près de deux heures pour celle présentée par David Pujadas et Léa Salamé le jeudi en prime time. 

"On pense que ce n'est toujours pas l'équité"

C'est pourquoi l'entourage de l'ancien ministre de l'Education nationale continue de dénoncer cette situation. Le sénateur David Assouline a déclaré à l'AFP : "On pense que ça n'est toujours pas l'équité. Trente minutes, ça n'est pas une heure trois quarts. A quelques jours d'un vote (ndlr : les 22 et 29 janvier) ça n'est pas indifférent." Mercredi sur LCI, la députée Karine Berger, proche de Vincent Peillon, avait dénoncé une "inégalité de traitement".

En vidéo

Karine Berger voit "un petit problème d'équité" concernant l'invitation de Manuel Valls à l'Emission politique sur France 2 le 5 janvier

L'entourage de Vincent Peillon a essayé de négocier avec France 2 pour parvenir à une solution satisfaisante pour elle. Il avait proposé une soirée spéciale un autre jour que le jeudi - les jeudis 12 et 19 étant pris par des débats de la primaire - ou le partage en deux de l'émission du 5. "Cela nous a été refusé", a précisé David Assouline.

Et aussi

Lire et commenter