Les seniors sont plus prompts à klaxonner que les autres : d'où vient cette (mauvaise) habitude ?

Les seniors sont plus prompts à klaxonner que les autres : d'où vient cette (mauvaise) habitude ?

POUET-POUET - Selon une étude réalisée par Identicar et dévoilée ce mercredi par Le parisien, les seniors ont davantage le réflexe de klaxonner sur la route que les jeunes automobilistes. Mais d'où vient cette obsession pour leur "avertisseur sonore" ?

On accuse bien souvent les jeunes d'être trop bruyants. Eh bien sur la route, voilà une idée reçue qui perd de sa superbe. En effet, selon une étude réalisée par Identicar*, le spécialiste de l'assurance automobile, et publiée ce mercredi par Le Parisien, les automobilistes les plus âgés sont ceux qui klaxonnent le plus. Ainsi, 26% des plus de 70 ans, et 23% des 56/69 ans avouent avoir une "conduite sonore", contre seulement 16% des 18/39 ans.

Certains esprits malins pourraient se targuer de dire que les seniors ont la main leste sur leur klaxon parce qu'ils n'entendent plus très bien ! En fait, il n'en est rien. La faute à leurs années d'apprentissage, alors ? On touche au but : pour Maître Jean-Baptiste Iosca, spécialisé dans le droit routier, "ils ont appris à conduire en appuyant sur l'avertisseur. À l'époque, les moniteurs d'auto-école enseignaient que dans le doute on donnait un petit coup par courtoisie pour prévenir les autres usagers", rappelle-t-il dans Le Parisien.

Une habitude passible d'amende

Autre possibilité, selon le docteur en psychologie du conducteur, Jean-Marc Bailet, auteur du livre Les hommes pilotent... les femmes conduisent ! Guide des comportements au volant (Editions L'Harmattan), "les personnes âgées ont la réputation d'avoir beaucoup d'expérience sur la route, du coup quand elles se déplacent, elles ne veulent rencontrer aucun obstacle ou comportement déviant par rapport au code de la route. Si tel est le cas, elles ne l'acceptent pas et marquent leur désapprobation par un coup de klaxon. Elles ne veulent pas non plus être prises dans des situations de conflit qu'elles ne seraient peut-être plus capables de gérer", dit-il à LCI. Pour autant, le code de la route est très clair : l'usage de "l'avertisseur sonore" par un automobiliste dans un embouteillage, même s'il est très rarement verbalisé, demeure interdit et peut faire l'objet d'une amende. 

Lire aussi

Une règle récemment rappelée par un arrêt de la Cour de Cassation. Selon l’article R416-1 du Code de la route, "l'usage des avertisseurs sonores n'est autorisé que pour donner les avertissements nécessaires aux autres usagers de la route", par exemple hors agglomération ou en montagne pour prévenir de sa présence dans un virage sans visibilité. De nuit, le code de la route encourage d’abord à utiliser les phares, plutôt que le klaxon, pour prévenir de sa présence. Par ailleurs, il précise qu'"en agglomération, l'usage de l'avertisseur sonore n'est autorisé qu'en cas de danger immédiat" et que tout autre usage est puni d'une amende forfaitaire de 35 euros, pouvant être majorée jusqu'à 150 euros. 

*L'enquête a été menée du 30 avril au 12 mai 2019 auprès de 20 366 membres du Club Identicar.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Lever le confinement le 15 décembre, ce ne sera pas baisser la garde", souligne Gabriel Attal

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi à 11h par Jean Castex

L'ouverture des stations de ski "impossible" pour les vacances de Noël

Lire et commenter