Pourquoi déteste-t-on tant croiser d'autres Français quand on est en vacances à l'étranger ?

Psycho

EXCUSE MY FRENCH - Lorsqu'ils sont en vacances à l'autre bout du monde, nombreux sont les Français qui abhorrent entendre d'autres touristes parler la même langue qu'eux. Mais pourquoi cela les gêne-t-il à ce point ?

Vos amis vous l'assurent depuis des années : le Machu Picchu, c'est à mourir de beauté. Après des mois d'hésitation, vous faites le voyage au Pérou, et vous voilà en pleine contemplation béate devant la merveille du monde. Mais, qui va là... un touriste se place à côté de vous, appareil photo en main, et vous l'entendez exclamer son éblouissement à voix haute. Horreur : ce voisin est... français, celui-là même qui vous marche sur les pieds dans le métro parisien. Là, il marche sur votre Machu Picchu qui, soudain, perd de sa superbe. 

Selon le psychologue Samuel Comblez, contacté par LCI, cette déception de retrouver des Gaulois à l'étranger se révèle simplement "humaine", aussi légitime que partagée : "Si vacances riment avec déconnexion, il est bien compréhensible d'être désappointé quand on entend des conversations en français, les mêmes que l'on entend toute l'année dans le métro, au restaurant ou dans la rue." Certes, mais pourquoi une telle aversion pour nos compatriotes ? Pourquoi nous dérangent-ils plus que, mettons, nos amis italiens, brésiliens, canadiens ou américains ? En somme, pourquoi vade retro les Français et pas les autres ? 

Un cliché, tout d'abord : "Les Français véhiculent à l'étranger la triste réputation d'être râleurs, sales, irrespectueux et radins", constate le psychologue. "Ce piètre tableau n'incite pas à les rencontrer à l'autre bout du monde pendant les vacances censées nous couper de notre quotidien et de la France, avec tout ce qu'elle représente. On n'a pas non plus envie d'être assimilé à tous ces défauts. Tout un chacun a, au fond de lui, envie de montrer une belle image de la France, sans être mis dans le même sac que des compagnons de voyage non désirés."

Voir aussi

L'angoisse de l'attrape-touristes

L'autre souci, c'est que l'on doit se résoudre à voir débarquer des compatriotes partout : le tourisme est devenu mondial (selon une étude, 40% des Français passent leurs vacances à l'étranger), les guides font florès dans les librairies et tout le monde vise les mêmes hôtels repérés sur des sites comme Tripadvisor pour se prélasser, les mêmes plages pour se baigner, les mêmes restaurants pour déjeuner ou dîner. "Organiser un voyage, c'est faire un effort, cela réclame du temps, de l'énergie, souligne Samuel Comblez. Chacun construit ses vacances avec ses propres critères, en pensant inventer un moment unique auquel personne n'aurait pensé. Alors quelle déception de se retrouver coincé parmi tous ces Français avec leur culture, leurs habitudes et leurs défauts, qui vont scrupuleusement suivre le même chemin, pensant eux aussi avoir trouvé l'itinéraire de rêve... Tout voyageur cherche à éviter les 'attrape-touristes' et si d'autres Français l'entourent, c'est qu'il est fort probable que le piège n'est pas loin. Ces autres Français n'y peuvent rien mais ils sont destinataires de notre rage face au constat que l'on est peut-être un peu en train de se faire avoir... ou même que c'est peut-être trop tard." 

Ajoutons à cela une déconvenue contemporaine, celle des réseaux sociaux où, par exemple, l'on ne compte plus le nombre de photos prises au Machu Picchu : "La photo unique que nous cherchions à prendre va en fait se retrouver sur la plupart des comptes Instagram de ceux qui nous entourent..."

Les vacances sont comme une loupe qui nous fait apparaître avec violence ce que nous sommes vraiment quand nous regardons les autres qui nous ressemblent.- Samuel Comblez, psychologue

Ainsi, à bien des égards, entendre parler français ne sied pas à nos velléités de vacanciers en quête d'inconnu, de nouveauté, de dépaysement : "L'immersion, si nécessaire pour apprendre une langue étrangère, sera plus difficile si nous évoluons dans un bain de paroles français", poursuit le psychologue. Qui dit vacances dit volonté de s'échapper à soi-même : elles sont comme une loupe qui nous fait apparaître avec violence ce que nous sommes vraiment quand nous regardons les autres qui nous ressemblent."

Vigilance toutefois à ne pas faire de généralités sur les Français en vacances. Certains ne sont pas rétifs ou allergiques à la perspective de retrouver des compatriotes en terra incognita : "Les vacances se révèlent aussi un moment de rencontres, d'échanges... Tout dépend des sensibilités mais certains Français trouvent aussi cela rassurant de se retrouver entre eux lorsqu'ils sont loin de chez eux, et donc de leurs habitudes. Cela permet d'atténuer le choc culturel et, soyons clairs, partager les bons plans voyages s'avère toujours utile. Et rien n'empêche quelques efforts lors des voyages, car si nous fuyons les Français, le plus souvent pour les clichés qui nous les rendent irritants, il y a fort à parier que les autres s'éloignent de nous pour les mêmes causes." Moralité : on est toujours le Français d'un autre !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter