Trahison, déception, vie qui change... Comment une amitié qu'on pensait indéfectible en vient-elle à se briser ?

Trahison, déception, vie qui change... Comment une amitié qu'on pensait indéfectible en vient-elle à se briser ?

Daily
DirectLCI
AMITIÉ - Vous pensiez que c'était votre ami(e) pour la vie, que jamais ce lien n'allait se rompre ? Et pourtant... LCI a cherché à comprendre pourquoi certaines amitiés qu'on pensait éternelles prennent malheureusement fin.

Pour parler de rupture amicale, il faut d'abord parler d'amitié. Pour beaucoup d'entre nous, l'amitié est synonyme de pérennité. Nos amis nous accompagnent tout au long des étapes importantes de notre vie, lors de nos anniversaires marquants, de nos enterrements de vie de garçon ou de jeune fille, des naissances, des maladies... Leur présence a une grande importance pour nous. 


Mais force est de constater qu'il arrive qu'on entre en conflit avec ces personnes qui comptent tant pour nous. Si la réconciliation est de rigueur, la rupture est parfois inévitable et ce lien qui se brise provoque alors une douleur parfois plus dure à encaisser qu'une rupture amoureuse. LCI est allé à la rencontre de ceux qui ont choisi de mettre fin à ces relations particulières. Décryptage avec une spécialiste de ces différentes raisons qui ont mené à la dissolution de ces amitiés qu'on croyait pourtant indéfectibles. 

Quand vous avez été déçu

Les déceptions dans les relations amicales sont courantes. Elles dépendent bien sûr de ce que vous attendez de la personne concernée et de l'importance que vous donnez à certaines situations qui vous tiennent parfois très à cœur. "Récemment, j'ai eu des soucis de santé, j'ai dû être hospitalisée. C'est dans ces moments-là qu'on attend que nos meilleurs amis soient présents. Si la plupart d'entre eux étaient là, cela m'a permis aussi de faire le tri dans ceux qui étaient absents. Depuis, nos rapports ont changé. Je les considère comme des potes mais je ne considère pas que je peux compter sur eux, ce qui est pour moi, la base d'une amitié", témoigne auprès de LCI Jeanne, 26 ans. 


"Ça va vous paraître peut-être un peu bête. Je déménageais, je suis quelqu'un de très organisée, j'avais tout prévu. Mon meilleur ami devait se charger de conduire la camionnette que j'avais louée, n'ayant pas le permis moi-même. Le jour J, il n'est jamais venu, prétextant une gueule de bois insurmontable. Même si j'ai réussi à me débrouiller, ça m'a attristé et ça a jeté un froid dans notre relation", relate de son côté Vanessa, 37 ans. 


=> Dans ces exemples, ce qui se joue est avant tout une question de satisfaction. "Nous avons tendance à idéaliser nos amitiés et à en attendre beaucoup", nous explique Emma Levillair, psychologue clinicienne à Paris. "Il faut alors prendre du recul et se poser les bonnes questions : "Est-ce que mon attente n'est pas supérieure à ce qu'une amitié devrait être, est-ce que mes exigences sont réellement justifiées ?".  Autant d'interrogations qui remettent en cause notre personnalité mais qui nous permettent aussi "d'écrémer" en quelque sorte les personnes avec qui nous ne partageons plus la même conception de l'amitié.

Quand vous avez été trahi

Plus dur encore à encaisser : quand vous avez été trahi, ce qui sonne souvent la fin de toute amitié, comme ce fut le cas pour Victor, 29 ans : "Ma relation avec Clara a duré plus d'un an. Elle avait rencontré ma famille, on était parti en vacances ensemble. Quand ça s'est terminé, je gardais un attachement fort pour elle. Un soir, mon meilleur ami me dit qu'elle lui plaît et qu'il aimerait bien lui proposer un rendez-vous. Furieux, je refuse et lui fais bien comprendre que ça me blesserait énormément. Quelques mois après, ils sortaient ensemble. On ne s'est jamais revus depuis". 


On parle aussi de trahison quand on estime que notre ami nous a fait un sale coup, comme l'a vécu Quentin, 33 ans : "C'était mon mariage, un jour donc très important pour moi. Mes meilleurs amis étaient présents mais l'un d'eux a gâché la fête. Certes, l'alcool n'a pas aidé mais il s'en est pris à un autre ami devant tout le monde. Le ton est monté, il a failli se battre mais heureusement, on a réussi à le calmer. Je me suis senti trahi. On peut tous avoir un comportement excessif sous alcool mais là c'était mon mariage. Depuis, on ne se parle plus". 


=> Dans le cas d'une trahison, on touche aux valeurs morales et à quelque chose de finalement très manichéen : "Un ami n'est pas là pour nous trahir, tout le monde est d'accord là-dessus", estime Emma Levillair. Si ces valeurs fondamentales sont brisées, c'est notre confiance qui est altérée. Difficile dans ces conditions de revenir en arrière, le lien est rompu. "L'idéal, c'est de laisser faire le temps et d'apprendre de ces expériences sans trop de rancœur", précise-t-elle. 

Quand le temps fait les choses

Moins net mais tout aussi douloureux : quand vous vous apercevez que vous avez pris des chemins différents. En cause bien souvent : un conjoint qui vient déstabiliser cette amitié, des enfants qui naissent, un déménagement, un nouveau travail...


"Édouard est un ami d'enfance, on a fait toutes nos années de collège ensemble. Au lycée, nous étions encore très proches mais tout a changé après le bac. Il a rencontré quelqu'un, a trouvé rapidement un travail, s'est marié et a eu dans la foulée deux enfants à 25 ans. Moi, j'ai poursuivi mes études, j'ai voyagé et continué à faire la fête. J'étais présent à son mariage et on se voit encore, une à deux fois par an, mais ce n'est plus la même chose. On n'a plus les mêmes sujets de discussion et les mêmes rapports qu'on pouvait avoir avant. Malheureusement, je pense qu'avec les années qui passent, notre lien ne va aller qu'en se dégradant", nous confie Hector, 27 ans.


Même constat du côté de Sarah, 35 ans : "Nous étions fusionnelles, je la considérais comme ma sœur. J'étais en couple, elle célibataire, mais ça ne nous empêchait pas de partir en vacances ensemble, de nous appeler tous les jours, de nous voir au moins une fois par semaine... Et puis, j'ai eu un enfant. Ça a été progressif : on se voyait moins, elle ne m'appelait plus "car elle ne voulait pas me déranger". Elle connaissait à peine ma fille alors qu'elle en était la marraine. Le coup de massue a été quand j'ai eu un deuxième enfant : là, plus du tout de nouvelles. Je lui ai dit que ça me blessait, elle m'a dit qu'elle allait faire des efforts mais en fait... Pas du tout. Résultat, depuis un an, nous n'avons plus de contact". 


=> Pour la psychologue, "on aborde ici le thème de la durabilité des amitiés. Les rapports se transforment en fonction de l'évolution personnelle des individus et des désaccords peuvent en découler, c'est la vie après tout". On n'est plus sur la même longueur d'ondes, dans ces cas-là, c'est notre parcours individuel qui va mener à la séparation. "Avec le temps,  nous apprenons à être plus vigilant et moins pointilleux dans nos relations pour ne pas risquer d'être déçu ou blessé", complète-t-elle. 

Quand votre amitié est toxique

On peut aussi décider de mettre soi-même un terme à une amitié, parce qu'on découvre qu'elle est toxique et qu'elle n'est pas construite sur des bases saines . "J'ai eu une amitié fusionnelle pendant de nombreuses années avec une amie, je l'admirais, j'étais toujours là pour elle, j'étais capable de beaucoup de sacrifices. Avec le temps, j'ai constaté que c'était une amitié nocive, qu'elle n'allait pas les deux sens, que cette personne ne me soutenait pas dans mes projets, n'était pas présente à l'inverse de moi", confesse Juliette, 28 ans. 


"Avec Cécile, nous étions très proches. Je considérais que ce serait la future marraine de mes enfants, ma témoin de mariage... Puis j'ai compris que j'étais sous sa coupe, elle me faisait beaucoup de reproches - comme le fait que je passe plus de temps avec mon compagnon qu'avec elle -, ça devenait ingérable, j'ai préféré couper les ponts", confie de son côté Amélie, 34 ans. 


=> "La "fusion", ce n'est jamais bon ni en amour, ni en amitié", estime la psychothérapeute. Il s'agit alors d'amitié fondée sur une dépendance affective, due généralement à un problème relationnel lié à l'enfance (parents absents, sentiment d'abandon, adoption...)". On ne peut pas être bien dans une relation amicale, si on n'est pas bien soi-même. Si on compte sur l'autre pour remplir un vide personnel, cela mènera obligatoirement à la friction un jour. "Dans ces cas-là, la rupture est douloureuse mais c'est un passage normal voire même nécessaire", conclut notre spécialiste. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter