Vampires, fantômes et loups-garous sur le divan : que révèlent les peurs qu'ils suscitent ?

Psycho

ANGOISSE FUN - C’est bien connu, à chaque Halloween, les enfants aiment se déguiser et les adolescents se perdre dans des trains-fantômes ou visionner des films d’horreur avec leurs amis. Mais pourquoi avec ces sempiternelles figures que sont les zombies, des fantômes ou des vampires ? Un psychologue nous éclaire.

A Halloween, c’est joie de faire peur, plaisir d’avoir peur. A fortiori devant une sélection de films qui jouent avec des peurs primales et des créatures d’une invraisemblable vérité. Pour le psychologue Benjamin Thiry, contacté par LCI, "ces monstres de l’imaginaire collectif nous apportent des informations sur le lien qui unit l’individu à la société". 

Chaque figure incarnant une angoisse particulière, nous avons voulu connaître son point de vue sur cinq marquantes ayant peuplé tant de classiques du cinéma fantastique : le zombie, le fantôme, le vampire, le loup-garou et le croque-mitaine. 

Le zombie

L’œil du psy : "Le zombie fait peur avant tout parce qu'il renvoie à la perte de ce que nous avons été et reflète ce que nous n'avons pas envie de devenir. C'est être littéralement un mort-vivant, en tirant définitivement un trait sur notre singularité, sur ce qui nous meut au quotidien. Donc c'est assister impuissant à la perte de nos idées, de nos envies, de nos passions, de nos amours, de nos buts personnels, etc. En bref, le zombie renvoie à notre peur d'être mort intérieurement."

3 films à voir : Zombie de George A. Romero (1978) ; L’au-delà de Lucio Fulci (1981) ; Braindead de Peter Jackson (1992)

Le fantôme

L’œil du psy : "Le fantôme renvoie à nos regrets existentiels : une rancœur tenace, une vengeance inassouvie, un sentiment de culpabilité, un secret inavoué sont susceptibles d’empêcher une mort paisible. "

3 films à voir : Les innocents de Jack Clayton (1961) ; Les autres de Alejandro Amenabar (2001) ; A ghost story de David Lowery (2017) 

Le vampire

L’œil du psy : "Le vampire est la figure de la personne sophistiquée qui se laisse déborder par ses pulsions sexuelles et agressives et qui tente de se mettre au-dessus des règles de la société de manière grandiose."

3 films à voir : Les prédateurs de Tony Scott (1983) ; Aux frontières de l’aube de Kathryn Bigelow (1987) ; Morse de Tomas Alfredson (2008)

Le loup-garou

L’œil du psy : "Le loup-garou fait référence à la bête qui sommeille en chaque être humain. Malgré notre éducation et les bonnes manières, une part de nous-même reste indomptable."

3 films à voir : Le Loup-garou de Londres de John Landis (1981) ; Hurlements de Joe Dante (1981) ; La compagnie des loups de Neil Jordan (1984)

Le croque-mitaine

L’œil du psy : "Le croque-mitaine est une figure interdictrice (surmoïque), c’est-à-dire qu’elle menace les personnes de représailles en cas de transgression des limites. Elle vise à normaliser les individus, à leur faire accepter les règles de vie en société."

3 films à voir : Halloween la nuit des masques de John Carpenter (1978) ; Les griffes de la nuit de Wes Craven (1984) ; Candyman de Bernard Rose (1991)

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter