VIDÉO - Déconfinement : à Dreux, de l'impatience et des craintes

VIDÉO - Déconfinement : à Dreux, de l'impatience et des craintes
Psycho

DERNIÈRE LIGNE DROITE - À Dreux, à l'approche du 11 mai, les commerçants sont impatients. Mais d'autres habitants redoutent au contraire cette échéance qui approche à grand pas. C'est le cas de cette aide-soignante qui déplore le relâchement récemment observé et redoute les risques sanitaires liés au déconfinement.

La fin du confinement approche à grands pas. Le 11 mai, les mesures de déconfinement prendront effet en France. Un soulagement pour de nombreuses familles, couples, enfants et personnes seules, pour qui les six semaines qui viennent de s'écouler ont été une véritable épreuve. 

À Dreux, dans le département de l'Eure-et-Loir, les équipes du JT de TF1 sont allées à la rencontre des habitants qui attendent avec grande impatience la fin du confinement, en cette période de pandémie de Covid-19.

"Je ne suis pas sortie de ma maison et de mon jardin depuis six semaines. Ça fait du bien car tu vois autre chose que des murs", confie Naïs, jeune fille de 11 ans qui foule avec le sourire les pavés des rues de Dreux. Et elle n'est pas la seule à trouver le confinement long. "Au début j'étais content, mais maintenant je m'ennuie, s'exclame son petit frère Léo, 8 ans. J'ai envie d'aller à l'école, alors que normalement je n'ai pas envie."

En vidéo

Les dates clés du calendrier du déconfinement

Les commerçants sont témoins de la morosité qui sévit chez les Français. "Ils en on assez, ils n'en peuvent plus. Ils ne comprennent pas pourquoi on ne les laisse pas balader en forêt ou aller à la pêche", confie cette employé d'une boucherie. Mais pourtant, les risques sont encore bien présents. Dans le bilan communiqué mercredi 29 avril par la Direction générale de la Santé, 427 personnes sont mortes du Covid-19 au cours des dernières 24 heures, ce qui établit le bilan à 24 087 morts depuis le début de la crise de coronavirus.

"Je suis dans la colère"

Interrogée depuis le balcon de son appartement, cette habitante a peur du retour progressif à la vie normale. "Les gens vont tous se rassembler", souligne-t-elle. Une peur que partage cette aide-soignante qui craque sous l'émotion et la pression. Cela fait de longues semaines qu'elle ne voit plus ses proches, qui souffrent de cette séparation. 

Lire aussi

Toute l'info sur

Le 20h

Plus que jamais, elle redoute que le déconfinement ne soit une menace pour les Français et déplore de voir certains qui ne respectent déjà plus les mesures strictes mises en place pour leur santé. "Nos proches nous manquent et c'est difficile, déplore-t-elle, en pleurs. Je suis dans la colère de voir les gens se déconfiner, partager des instants alors que nous on se prive."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent