Haute-Savoie : le SOS de la maison "coup de coeur" du Père-Noël

Haute-Savoie : le SOS de la maison "coup de coeur" du Père-Noël

COUP DUR - L'an dernier, le Hameau du Père-Noël de Saint-Blaise, en Haute-Savoie, avait été élu "coup de cœur de Noël" préféré des téléspectateurs du 13H de TF1. Mais la crise sanitaire met ce lieu magique en péril. Va-t-il devoir mettre la clef sous la porte ?

Plébiscitée par les Hauts-Savoyards, et par les téléspectateurs du 13H de TF1 qui l'avaient élue l'an dernier "coup de coeur de Noël", la maison du Père-Noël de Saint-Blaise émerveille autant les enfants que leurs parents. Mais s'immerger dans l'univers merveilleux de ce personnage légendaire n'est plus possible avec le reconfinement. Ce nouvel arrêt brutal de l'activité risque-t-il de condamner ce lieu magique ? "C'est quelque chose qu'on veut pas imaginer...", commente Marie-Christine, bénévole de l'association, devant les caméras de TF1 qui sont retournées visiter les lieux... désormais vides. 

Vincent Humbert, président depuis 25 ans de l'association Le Petit Pays, à l'origine du Hameau du Père-Noël, reste également optimiste. Malgré le confinement qui les a contraints à fermer une seconde fois le 30 octobre dernier, il n'est "pas en colère : "Nous restons positifs, nous confie-t-il, mais nous devons réfléchir à plein d'éventualités si nous ne voulons pas fermer."

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Lire aussi

Récolter des dons auprès des visiteurs

Ne pas ouvrir avant les fêtes la demeure du Père-Noël, qui attire 250.000 visiteurs chaque année, et compte 300 bénévoles ainsi que 70 salariés, reviendrait à perdre 3,5 millions d'euros de chiffres d'affaires, soit une baisse de 75%. La survie du projet associatif est en jeu. "Nous devons au moins payer nos frais de fonctionnement", souligne le président engagé. 

Et pour cela, il envisage plusieurs alternatives, comme une récolte de fonds auprès de visiteurs passés ou futurs. Objectif ? Amasser 500.000 euros le plus tôt possible, "pour se maintenir jusqu'à l'été 2021". Autres idées : louer les décors somptueux à des tournage de films, des publicités, des émissions télévisées. Mais aussi inaugurer une grande boutique dédiée à Noël. 

Dans le cas où une réouverture serait possible début décembre, "nous sommes prêts", affirme Vincent Humbert. Il avait en effet investi 40.000 euros au printemps dernier pour répondre aux normes sanitaires exigées par le Covid-19. "Nous avions même mis des choses en place qui n'étaient pas demandées." L'association avait pour seul espoir de "récupérer cet investissement cet hiver", finalement déçu en raison du second confinement. "Nous ne nous y attendions pas", déplore-t-il. 

Ces initiatives avaient pourtant été appréciées par un "public responsable", venu massivement des quatre coins de l'hexagone pendant les vacances de la Toussaint. "Cela avait très bien marché,assure Vincent Humbert. Nous aurions pu compenser les pertes liées au premier confinement à l'approche des fêtes de Noël si nous n'avions pas été confinés une seconde fois." Heureusement, le Père-Noel de l'association continue de répondre aux lettres, nombreuses, des enfants. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne prolonge ses restrictions jusqu'en janvier 2021

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

EN DIRECT - Mort de Maradona : une veillée funèbre au palais présidentiel argentin

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi à 11h par Jean Castex

Lire et commenter