Lot-et-Garonne : "scandalisés", les habitants d'un village se mobilisent contre une ligne à grande vitesse

Lot-et-Garonne : "scandalisés", les habitants d'un village se mobilisent contre une ligne à grande vitesse

OPPOSITION - Les travaux de la future LGV dans le Lot-et-Garonne pourraient débuter en 2025. Un projet dont certains habitants de Feugarolles affirment qu'il entrainera plusieurs types de nuisances.

À Feugarolles, un petit village tranquille du Lot-et-Garonne où résident un millier d'habitants, on se mobilise contre la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse qui devrait prochainement voir le jour. 

Située sur le tracé du futur chantier, la maison de Christine et Georges Villeau est plus que jamais menacée. En cause, un viaduc qui doit passer juste au fond de leur jardin. "Le tablier de la LGV s'étend du coin de la maison de mon voisin jusqu'au-dessus de ma serre", confie Christine au 13H de TF1, dans la vidéo en tête de cet article.

Toute l'info sur

Le 13H

Le couple avait construit cette maison de ses propres mains en 1997. Après tant de souvenirs partagés ici, il n'imagine pas devoir la quitter un jour. "C'est terrible. C'est notre maison familiale, nos enfants y ont toujours vécu, ils y ont grandi, notre petite-fille aussi. Une maison, c’est la construction et le projet de toute une vie", poursuit la propriétaire de l'habitation.

"Mes parents ont travaillé là toute leur vie"

La future LGV concerne aussi un grand nombre d'exploitations agricoles, comme celle de Benoît Rosa. "Je ne me l'imagine pas parce que je n'y crois pas. Voir des cathéters et des rails, pour moi ce n'est pas possible", témoigne-t-il.

Si le projet aboutit, les trains vont passer au beau milieu de ses vignes et un tiers de ses terres sera ainsi rayé de la carte. "Mes parents ont travaillé là toute leur vie. Moi je voudrais essayer de la transmettre à mon fils".

Lire aussi

Dans cette zone très touristique, se trouve aussi le château de Trenquelléon, qui accueille 6000 visiteurs par an. Le viaduc, haut de presque 70 mètres, viendrait ici boucher l'horizon, réduisant considérablement son attrait. "Il y aura un impact visuel", prédit Françoise de la Raitrie, propriétaire du château.

Cette dernière, qui s'attend à ce que la ligne entraîne aussi "énormément de bruit", estime que "c'est un des plus jolis châteaux du XVIIIe siècle du Lot-et-Garonne qu'on va défigurer pour aller soi-disant plus vite, pour gagner un quart d'heure ? C'est scandaleux."

Les habitants de Feugarolles se sont rassemblés ce mercredi 20 octobre au matin pour manifester leur colère, alors que les travaux de la future ligne à grande vitesse pourraient débuter en 2025.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : 61 passagers venant d'Afrique du Sud testés positifs au Covid à leur arrivée à Amsterdam

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.