SOS Villages : ils ont changé de vie pour ouvrir une maison d’hôtes dans le Limousin

SOS Villages : ils ont changé de vie pour ouvrir une maison d’hôtes dans le Limousin

JT 13H - L'ouverture de la maison d'hôtes "La vieille maison de Pensol" a redonné de la dynamique à un petit village de la Haute-Vienne.

L'opération SOS Villages a permis de sauver de nombreux commerces, mais également de permettre des reconversions professionnelles. C'est le cas de Véronique et Jean-François, qui ont décidé en 2016 de quitter la région parisienne pour ouvrir une maison d'hôtes en Haute-Vienne. Le changement a été radical, mais très facile pour le couple qui a voulu réaliser leur rêve. Une initiative qui a redonné le sourire aux 190 habitants du petit village, qui étaient habitués à voir leurs commerces fermés les uns après les autres.

Toute l'info sur

Le 13h

Lire aussi

L'actualité des régions et de ceux qui y vivent vous intéresse ? Participez à la Grande Cause des Territoires

Vous ne visualisez pas la consultation ? Rendez-vous ICI

Pour consulter toutes les annonces déjà en ligne et notamment celles près de chez vous, une seule adresse : https://sosvillages.fr/


Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13h du 13/11/2018 présenté par Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13h du 13 novembre 2018 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

" J'ai 30.000 euros de dettes" : ces travailleurs ruinés par la crise du Covid