SOS Villages - Que sont-ils devenus ? (5/6) - De la banlieue parisienne aux Cévennes

SOS Villages
Avec
Avec

Toute L'info sur

SOS Villages

DROIT DE SUITE - Changement de vie radical en 2016 pour Dina et son mari : ils quittent la région parisienne pour reprendre une épicerie dans un village du Gard. Deux ans plus tard, regrettent-ils leur choix ? Nous les avons retrouvés et nous vous donnons de leurs nouvelles.

Notre-Dame-de-la-Rouvière, 400 habitants, au coeur des Cévennes. Dépaysement garanti par rapport à la région parisienne dont ils sont originaires et où ils ont réalisé une grande partie de leur carrière professionnelle. Mais voilà, en 2016, Dina et Manuel découvrent via l'opération SOS villages de TF1 que le village de Notre-Dame-de-la-Rouvière, cherche un repreneur pour son épicerie. 

Ils se portent candidats et sont sélectionnés. Les voilà donc dans le Gard avec leurs deux enfants, et "un peu d'appréhension" de l'avis de Dina. Deux ans plus tard, les doutes ont disparu. L'activité se porte bien, les villageois sont contents et le couple ne ménage pas ses efforts. "Mon mari part en tournée trois à quatre fois par semaine pour desservir les personnes qui ne peuvent pas se déplacer. Nous faisons dépôt de pain et boucherie avec évidemment des producteurs locaux", détaille Dina. 

Lire aussi

Et de nombreux projets à venir : "Nous allons faire des travaux pour agrandir l'épicerie car nous allons très prochainement reprendre les activités de la Poste", explique la cheffe d'entreprise. Le relais poste et le retrait d'argent se feront désormais à l'épicerie du village. 

En résumé ? "Pas de RER, de métro, encore moins d'embouteillages... Et puis le climat du Gard", énumère Manuel. "C'est un choix que nous ne regrettons pas du tout", résume Dina dans un sourire. 

Sur le même sujet

Et aussi