Vous rêvez de quitter la ville ? Oubliez ces 5 idées reçues sur la vie à la campagne

Vous rêvez de quitter la ville ? Oubliez ces 5 idées reçues sur la vie à la campagne

SOS Villages
avec
PAS DE RÉSEAU - La chèvre du Larzac a encore de beaux jours devant elle car s'il y a bien une image qui colle à la campagne, c'est bien celle d'aller y élever ce charmant mammifère herbivore. Eh oui, les clichés véhiculés par les citadins sont tenaces… Au point parfois d’en devenir inexacts. Petit florilège des idées reçues les plus courantes.

À en croire les citadins purs et durs, la vie à la campagne est bien souvent auréolée d'une multitude d'inconvénients. Selon eux, on ne s’y déplace, la plupart du temps, qu’en tracteur. Sans compter toutes ces petites bêtes qui courent partout. Est-ce qu’ils ne grossiraient pas un peu trop le trait ? 


Parce qu’à moins de vivre dans une grotte, on peut maintenant se rendre dans le moindre petit bourg et tout y trouver. De plus, grâce à internet et à son haut-débit, on n'y vit plus coupé du monde. Voici 5 idées reçues qui ont la vie dure et qui ne sont pas toujours vraies. Décryptage...

Pour consulter toutes les annonces SOS VILLAGES déjà en ligne et notamment celles près de chez vous, une seule adresse : https://sosvillages.fr/

Idée reçue n°1 : Vivre à la campagne, c’est forcément élever des chèvres dans le Larzac

Autre version : ouvrir un gîte, des chambres d’hôte, ou faire du bio. C'est FAUX. On n'est pas obligé de changer de travail et de se reconvertir dans la culture du maïs quand on décide d'aller se mettre au vert. Hélène Dorey, auteur du guide "Choisir de quitter la ville", en est le parfait exemple. Partie s'installer dans le sud il y a 20 ans car son mari était muté, elle a pu conserver son métier de journaliste. "J'ai connu une petite période de chômage mais j'ai su rebondir rapidement et grâce au télétravail, je continue de piger pour des médias installés à Paris", explique-t-elle à LCI. "Tous les métiers sont possibles en milieu rural, notamment grâce au haut-débit, traduction, commerce en ligne...", renchérit Sylvie Le Calvez, directrice de Village Magazine.

Idée reçue n°2 : Il y a davantage d’entraide à la campagne

Là encore c'est FAUX. "Enfin, cela dépend des régions", tempère Sylvie Le Calvez. "Il y a des campagnes extrêmement accueillantes où on peut faire plein de choses, mais il y a des coins ruraux où il y a très peu de solidarité. C’est aussi pour ça qu’il faut prendre son temps. C’est comme en ville : il y a des quartiers hyper sympas où on peut s’entraider, et puis d’autres où il ne se passe rien".  


"Les 'locaux' possèdent, et c’est normal, un cercle amical construit depuis l’enfance. C’est donc au nouvel arrivant d’établir le contact sans attendre d’être parfaitement installé, une erreur que beaucoup commettent", poursuit Jean-Yves Pineau,  fondateur du collectif des Localos. Conséquence : ce sont les ex-citadins comme vous qui seront souvent vos premiers interlocuteurs. 

Idée reçue n°3 : Monter un projet en milieu rural, c’est plus facile

Eh bien là, c'est VRAI. "On rencontre plus vite les interlocuteurs pour être accompagné. Le foncier et l’habitat sont moins chers. Et on est de mieux en mieux connecté", avance Sylvie Le calvez. "Quand on n’a pas des moyens démesurés, c’est souvent plus atteignable que dans certains milieux urbains". 

En vidéo

SOS Villages : Chavagnac et ses 600 habitants cherchent un repreneur pour leur commerce

Idée reçue n°4 : La campagne est moins polluée

C'est VRAI... ET FAUX. On associe souvent campagne et air pur, mais si votre voisin fait de l’agriculture intensive dans ses champs, vous allez devoir inhaler tous ses engrais chimiques. "Pour certains coins, comme dans le Massif Central,  ou en Normandie c’est encore vrai", indique Sylvie Le Calvez. "Mais dans toutes les zones archi traitées, il y a des taux de pollution dans l’air pire qu’en milieu urbain. Les terres viticoles, par exemple sont extrêmement polluées. Vous vous dites : 'super j'habite au milieu des vignes !' Et bien vous ne devriez pas vous réjouir. Il faut s’assurer de la qualité de son environnement même à la campagne".

Idée reçue n°5 : On est plus en sécurité à la campagne

JOKER. "Depuis des années, la sécurité, est l’une des principales motivations pour ceux qui décident d'aller s'installer à la campagne, mais aucune étude ne dit que c'est vrai", explique Sylvie Le Calvez. "Ce qui est sûr c’est que c’est plus calme, mais là on parle de l’aspect sonore. Sauf si on se retrouve près d’une autoroute. Ce qui est vrai aussi c’est que tout le monde se connaît. Pour autant, y-a-t-il plus ou moins de cambriolages ? Je ne saurais le dire. Il n’y a pas de statistiques. Cela dépend des départements. Il y a parfois des jeunes de quartiers qui vont jusqu’en milieu rural pour commettre leurs méfaits". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

SOS Villages

Sur le même sujet

Plus d'articles