"Bruyant et dangereux" : ce village ne supporte plus le passage de 500 camions par jour malgré l’interdiction

"Bruyant et dangereux" : ce village ne supporte plus le passage de 500 camions par jour malgré l’interdiction

NUISANCES - Depuis 2006, il est interdit pour les camions de passer dans le village de Gacé, dans l’Orne. Malgré tout, ils sont plus de 500 par jour à emprunter la départementale pour ne pas payer l’autoroute.

C’est un va-et-vient incessant de poids lourds au cœur du village de Gacé. "C’est tous les jours. Le matin, le soir, enfin toute la journée, c’est comme ça tout le temps", affirme une habitante de cette commune de l'Orne sur le bord de la route bondée de camions. 

Pourtant, depuis 2006, il est défendu aux poids-lourds d’emprunter la départementale qui traverse le village. L’interdiction est bel et bien indiquée par plusieurs panneaux mais, rien n’y fait, certains préfèrent passer par là pour éviter l’autoroute. Ils sont plus de 500 à transgresser la règle chaque jour. "Si on veut discuter tous ensemble dehors, on arrête un peu, on attend qu’ils passent. On est tellement habitués qu’au final on ne les entend plus", soupire une riveraine.

Toute l'info sur

Le 13H

Dégradations de la chaussée, bruit, problèmes de sécurité, les nuisances sont permanentes. "Ça résonne dans les maisons quelquefois, surtout à partir de 5h du matin quand il n’y a pas d’autre bruit", explique un habitant. "La nuit, c’est bruyant, c’est dangereux. On est en plein dans le virage donc un jour, il y en a un qui va rater le virage et rentrer dans la maison, ça m’inquiète", ajoute une autre. 

Il faudrait permettre aux transports d’emprunter l’autoroute à moindre coût - Stéphane Dif, adjoint au maire de Gacé

Alors qu’il est en train de laver sa moto, Hervé explique les raisons du passage des camions dans le village. "Ça ne dérange pas les chefs d’entreprise de payer une amende. Ils préfèrent ça à payer l’autoroute et à prendre une rallonge"

Lire aussi

Face à cette situation la mairie et la préfecture cherchent des solutions. "C’est un travail commun qui doit être fait entre nous, mairie de Gacé, et les élus qui nous représentent au niveau de l’État pour qu’on puisse permettre aux transports de pouvoir emprunter l’autoroute à un moindre coût", suppose Stéphane Dif, l’adjoint au maire de Gacé.     

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal, mode d'emploi : ce que change le projet de loi adopté par le Parlement

INFO TF1-LCI - Affaire Jubillar : de nouvelles fouilles près du domicile du couple

Marseille : séquestrée et violée, une adolescente de 14 ans localisée grâce à ses messageries Instagram et Snapchat

Covid-19 : la situation dans les hôpitaux est-elle pire qu'avant la vaccination ?

Après "cinq ans de déclin", la France est-elle passée septième puissance économique mondiale ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.