Des vétérinaires de campagne de moins en moins nombreux en Moselle

Des vétérinaires de campagne de moins en moins nombreux en Moselle

REPORTAGE - De plus en plus de vétérinaires quittent les zones rurales. C'est notamment le cas en Moselle.

C'est une course au quotidien pour ce vétérinaire. De ferme en ferme, jour et nuit, il contrôle, soigne et vaccine les animaux en zones rurales. Ses journées sont rythmées par des urgences et les zones à couvrir sont toujours plus grandes. Des raisons qui poussent les professionnels à arrêter leur activité en zones agricoles. Parmi eux, celui qui s'occupait des vaches de Marie-Jeanne depuis 25 ans. Désormais, cette dernière peut attendre son vétérinaire jusqu'à 4 heures. Ce qui serait un danger pour son exploitation, selon elle. "Les césariennes tout ça, on n'arrive pas, donc là, c'est la vie de la vache et du veau qui est en jeu. On perd nos animaux, on perd notre revenu directement, on veut que nos vaches soient bien", lance Marie-Jeanne.

Toute l'info sur

Le 13H

Après 30 ans d'activité rurale, ce vétérinaire a préféré arrêter pour soigner les animaux en ville. Fini la tournée des fermes et la vie sur les routes, mais au cabinet, personne n'a pris sa relève. Les conditions repoussent les aide-vétérinaires. "Il faut travailler tous les jours, mais aussi toutes les nuits et tous les week-ends et les jours fériés. C'est très compliqué aujourd'hui, nos confrères et consœurs qui sortent des écoles ont plutôt 35 heures en tête et ils ne veulent pas faire que cette profession, ils veulent s'intéresser à d'autres domaines. Donc, il est légitime qu'ils réclament un peu plus de temps pour leur propre vie", explique-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Olivier Véran annonce 47.000 nouveaux cas en 24h

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

EN DIRECT - Marine Le Pen juge le clip de candidature d'Eric Zemmour "passéiste et crépusculaire"

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.