Drive fermier : la formule gagnante pour les producteurs et les clients

Drive fermier : la formule gagnante pour les producteurs et les clients

AGRICULTURE - Des producteurs se sont rassemblés afin de créer un drive fermier dans le Morbihan. Les exploitants comme les consommateurs y trouvent leur compte.

L’an dernier, lors du premier confinement, les paysans se sont retrouvés avec leur marchandise sur les bras. À cause de la fermeture des cantines et des restaurants, il leur était difficile d’écouler leur production. Une quinzaine de paysans a alors décidé de se rassembler et de créer le drive Double Plouc, qui a reçu un succès immédiat. "On a touché une population qui avait envie de consommer local, d’aller dans les fermes et de consommer des produits locaux mais qui ne pouvaient pas, faute de temps", témoigne Séveryne, productrice d’œufs et de volailles. 

Toute l'info sur

Le 13h

L’aventure collective s’est poursuivie après le déconfinement, la demande étant restée forte chez les producteurs et les consommateurs. Dans ce drive, on peut trouver également des produits bios comme des pommes. Leurs producteurs ont toujours vendu leurs fruits en direct et ont été séduits par la démarche. "Ça nous rapproche nous-mêmes des autres producteurs, les gens ont découvert ou redécouvert les producteurs qui étaient près de chez eux", affirme Marie, productrice de pommes. 

C’est une belle alternative au supermarché - Client du Double Plouc

Le concept demande une grande organisation. À tour de rôle, les producteurs se relaient pour tenir le magasin, en fonction de leur emploi du temps à la ferme. Ils proposent ainsi trois lieux de retrait de commandes. Les clients, eux, sont entièrement satisfaits. "Avant, on allait au marché, maintenant on trouve très pratique de commander et de ne pas avoir à faire la queue devant les commerces", sourit une cliente. "On sait que ça n’a pas fait des centaines de kilomètres avant d’arriver dans notre assiette", poursuit une autre. 

Lire aussi

Après la vente dans le drive, la journée de travail n’est pas terminée pour Marie-Laure. Il lui faut encore nourrir ses chèvres et les soigner avant les premières mises-bas. "Quand je serai dans le jus, que j’aurai tous les chevreaux, tous les fromages, j’aurai beaucoup moins de temps et là ce sont les autres qui vont prendre le relais au niveau de la vente", nous explique-t-elle. Le drive possède un autre avantage. Il permet aux producteurs de proposer des prix raisonnables tout en se rémunérant correctement.   

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Nous amorçons une décroissance de l'épidémie", selon Olivier Véran

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

Dr Gérald Kierzek : "il n'y a pas de problème pour rouvrir les terrasses, parce que c'est à l'extérieur"

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Logement : vous pouvez faire résilier le bail de votre voisin en cas de fortes nuisances

Lire et commenter