Du vin immergé pendant un an sous le lac gelé de Tignes refait surface

Du vin immergé pendant un an sous le lac gelé de Tignes refait surface

EXPÉRIENCE INSOLITE – Il y a un an dans le lac de Tignes, un vigneron savoyard a immergé 1000 bouteilles et un tonneau dans l’eau glacée, qui viennent d'être remontés à la surface. Le but : étudier comment le vin vieillit dans ces conditions extrêmes.

Dans les Alpes, près du lac de Tignes, c’est la cohue. De nombreuses personnes se sont déplacées pour assister à la spectaculaire remontée d’un fût de 500 litres et de 1000 bouteilles de vin immergés, il y a un an, à 20 mètres de profondeur. Armés de pelles et de patience, les scaphandriers ont dû, dans un premier temps, creuser un énorme trou dans la glace. "On vient de traverser toute l’épaisseur de neige et de glace qu’on a sur le lac, on a à peu près un mètre", affirme un plongeur. "On va réussir à ouvrir le trou mais il faut prendre le temps", sourit un autre. 

Toute l'info sur

Le 13h

Les plongeurs travaillent à l’aveugle. Ils ne voient absolument rien et avancent "à tâtons". Une grande partie du travail se fait à la surface à l’aide de parachutes qui permettent de remonter le matériel, mais également grâce à un hélicoptère. Accroché par une chaîne, le fût de 500 litres de Chignin-Bergeron sort de l’eau et s’envole. C’est Pascal Perceval, vigneron savoyard, qui est à l’origine de cette expérience insolite. "J’ai le cœur qui palpite à fond, je suis stressé. On a déjà sorti le premier tonneau mais je ne cache pas qu’on s’inquiète un peu pour mes bouteilles", témoigne-t-il. 

L’opération nécessite un pilote expérimenté pour remonter le vin. "En ce qui concerne le poids de la charge, on approche la tonne. De plus, on est à plus de 2000 mètres d’altitude et l’hélicoptère est un peu comme nous, plus il est haut, plus il s’essouffle", explique le pilote. Les spectateurs sont époustouflés. "C’est super de voir d’abord le fût puis la caisse de bouteilles sortir d’un trou au milieu de nulle part, c’est exceptionnel", s’émerveille un témoin. 

Conservé à quatre degrés toute une année, ce vin vieillirait plus vite qu’en cave. Maylis De Laborderie, oenologue, a testé. "On a un aromatique qui est très explosif, de très beaux fruits, de pêches blanches", affirme-t-elle. La dégustation approuvée, de nouveaux tonneaux ont été immergés pour réitérer l’expérience. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - "Nous avons encore devant nous des jours difficiles à l'hôpital", prévient Attal

Lire et commenter