Le "trikot solidaire" : la bonne idée de la SNCF pour vous occuper tout en aidant

Le "trikot solidaire" : la bonne idée de la SNCF pour vous occuper tout en aidant

REPORTAGE - Depuis le début du mois, la SNCF propose aux voyageurs de la ligne K du Transilien des kits de tricot. À eux de confectionner les écharpes pour les plus démunis.

Dans les rames de la ligne K, une surprenante activité a remplacé le téléphone, le livre, ou le prolongement de la nuit pour certains. Pascale Gravade emprunte cette ligne tous les matins pour se rendre au travail et pendant les 50 minutes de trajet… elle tricote. Comme elle, de nombreuses personnes ont suivi la tendance. 

Toute l'info sur

Le 13h

Lire aussi

Cette initiative a, en plus, été proposée pour la bonne cause. En effet, une fois arrivé en gare, l’accessoire tricoté sera remis aux sans-abris lors de maraudes. "Trikoter, c’est les aider", est-il inscrit sur le sac rempli de pelotes de laine. "Ça me fait plaisir de faire plaisir. J’œuvre pour les autres et ça va servir aux plus démunis", explique Pascale. 

Près de 50 accessoires fabriqués en à peine un mois

Pour se fournir en laine, l’association a sollicité des commerçants pour qui c’est une vraie fierté. "On est dans une période où c’est très important de faire don de la plus petite chose", lance Florence Amrein, gérante de mercerie. Elle prévoit de renouveler ses dons  afin de soutenir l’opération lancée par la SNCF. 

Cet élan de solidarité se poursuit sur les réseaux sociaux où les tricoteuses s’encouragent et partagent leurs réalisations. Depuis le début de l’opération, il y a un mois, une cinquantaine de bonnets ou écharpes ont été réalisés, collectés dans les boîtes des gares de la ligne K et ainsi donnés à des sans-abris. 

Découvrez notre podcast "Impact Positif"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY

Bienvenue dans le podcast "Impact positif", dédié à celles et ceux qui veulent changer la société et le monde. Devant l'urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d'avance, l'audace de croire qu'ils peuvent apporter leur pierre à l'édifice. Ils sont ce que l'on appelle des Changemakers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Lire et commenter