Le tue-cochon, une tradition de nos campagnes

Le tue-cochon, une tradition de nos campagnes

REPORTAGE - Le tue-cochon est une tradition qui consiste à faire soi-même son pâté, ses saucisses, ses boudins... Des moments rares qui rappellent la vie d'avant dans la ferme.

À Rieutort-de-Randon (Lozère), un seul coup d'œil suffit pour que Paul, le doyen, se rende compte que le cochon est bien dodu. L'animal pèse 260 kg. Après avoir retiré le gras, il reste encore beaucoup de viande à découper. La tradition du tue-cochon est immuable. Entre voisins, familles et amis, chacun prend son poste dans la bonne humeur.

Toute l'info sur

Le 13h

Si le tue-cochon perdure aujourd'hui, c'est pour une raison précise : les habitants savent ce qu'ils mangent. Pour transmettre ce savoir-faire, les plus jeunes s'y mettent aussi, notamment en broyant la viande. Mais ils ont du mal à appliquer les conseils quand il s'agit de malaxer les morceaux. En revanche, fabriquer les saucisses et les saucissons est une tâche réservée aux adultes. Pour éviter de percer les boyaux, le geste est minutieux. Puis, la charcuterie est séchée à l'étage, dans une pièce qui réunit toutes les conditions. En Lozère, l'hiver est rude. Le tue-cochon est alors l'occasion de se retrouver et de partager un repas avec du cochon.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - "Nous avons encore devant nous des jours difficiles à l'hôpital", prévient Attal

Lire et commenter