Mangrove rose en Martinique : comment expliquer ce phénomène ?

Mangrove rose en Martinique : comment expliquer ce phénomène ?

NATURE - Cette année encore, un étrange phénomène peut s’observer en Martinique : la mangrove du Diamant est devenue rose, suscitant la curiosité des promeneurs. Mais d'où vient cette couleur ?

Une étendue d’eau rose bonbon dans la mangrove du Diamant en Martinique. Le phénomène, frappant cette forêt entre terre et mer qui borde les littoraux tropicaux, surprend moins que l’année dernière quand il était apparu pour la première fois, mais il attire toujours autant de promeneurs pour contempler la couleur de l’eau de la mangrove entre Anse Caffard et la Cherry, et ce, malgré les 30 minutes de randonnée. "C’est impressionnant ! On dirait que quelqu’un est venu mettre du colorant. On a du mal à se dire que la nature fait des choses comme ça", témoigne l’une d’entre eux dans le reportage de TF1 en tête de cet article. 

Toute l'info sur

Le 13H

Pour d’autres, le phénomène n’ajoute que de la beauté à leur île. "Déjà, on a les belles plages de la Martinique au bord de l’eau turquoise et là, on a du rose naturel, c’est fantastique", ajoute un autre promeneur. Le phénomène est apparu quatre jours plus tôt, mais les nombreuses personnes qui viennent se prendre en photo devant l’eau pour alimenter leurs réseaux sociaux ne savent pas toujours expliquer un telle apparence. "Peut-être qu’il y a un truc dans les algues, je ne sais pas", suppose l’une d’entre elles. 

Naturel mais éphémère

Pour l’occasion, la mangrove a été renommée la "mangrose" par les scientifiques. Laurent Juhel, photographe, nous explique que ce phénomène est lié aux fortes chaleurs et à la prolifération de Dunaliella salina, une algue verte riche en pigments végétaux qui se développe dans les milieux salins. "On a diminué notre volume d’eau en pluie sur la Martinique, on a augmenté la température de quelques degrés et on favorise ainsi le développement de cette algue", affirme-t-il. En effet, l’eau douce s’évapore et les sels minéraux se concentrent dans le peu d’eau qui reste. 

Lire aussi

Le processus est surveillé de près par les scientifiques comme Aurélie Boisnoir qui est chercheuse à l’Ifremer en Martinique. L’analyse de l’eau réalisée à l’aide d’une sonde révèle une composition anormale. "On constate un manque d’oxygène, une salinité plutôt élevée donc il y a une sélection au niveau des organismes qui sont présents", explique-t-elle. "Ils ne l’auraient pas été s’il y avait eu des échanges entre par exemple la mer et cette partie de la mangrove", poursuit-elle. 

Ce phénomène est donc naturel, mais aussi éphémère. À la même époque, l’année dernière, il avait duré trois semaines. 

Ce sujet vous intéresse ? Découvrez le podcast "Au cœur des Régions" de Jean-Pierre Pernaut

Écoutez le podcast votre plateforme d’écoute préférée :

Sur APPLE 

Sur SPOTIFY

Sur DEEZER

Jean-Pierre Pernaut vous propose de traverser de magnifiques paysages, de découvrir des traditions et des terroirs gourmands. Partez à la rencontre de personnages passionnés et d’histoires passionnantes. Un voyage sonore pour goûter au charme et aux richesses de notre beau pays.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

Dans le Gard, le geste héroïque d'un élève de 9 ans pour sauver son camarade de l'étouffement

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

En plein conflit sur les licences de pêche post-Brexit, deux navires britanniques verbalisés en baie de Seine

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.