Portraits de collectionneurs : Philippe Corbin, un amateur d'instruments à musique mécaniques

Portraits de collectionneurs : Philippe Corbin, un amateur d'instruments à musique mécaniques

Cela fait 45 ans que Philippe Corbin collectionne les orgues de Barbarie. Autodidacte de génie, il les restaure avec passion dans son atelier.

C'est parce qu'il se dit piètre musicien que Philippe Corbin s'est mis à collectionner les instruments de musique mécaniques. Dans sa collection, un orgue de danse grand format datant de 1970. A l'époque, l'instrument fonctionnait avec des cartons perforés. Au pays, il existe encore quatre fabricants de ces cartons. Dans sa bibliothèque, 500 partitions. De quoi revisiter un siècle de chansons.

Hormis les bals, il y a également de quoi animer les manèges. Au début du siècle, les orgues de manèges permettaient d'attirer les clients avec les musiques du moment. Leur particularité : les chansons tournaient en boucle. En 45 ans de collection, Philippe a réuni plus de 750 instruments. Parmi les plus précieux, une boîte à musique de salon datant de 1890. Un vrai petit orchestre à elle seule. Le musée de Philippe, à Dollon (Sarthe) a 20 ans. En 2019, il l'a vendu à la communauté de commune mais il en reste l'âme. Il continue à enrichir la collection et à l'entretenir.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13H du 20/10/2020 présenté par Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13H du 20 octobre 2020 des reportages sur l'actualité politique, économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Toute l'info sur

Le 13h

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Emmanuel Macron s'exprimera à 20h pour rendre hommage à "VGE"

L'application TousAntiCovid sésame indispensable pour entrer dans un supermarché ?

EN DIRECT - Covid 19 : 100.000 personnes hospitalisées aux États-Unis, un record

Bruxelles : quand la police tombe nez à nez avec un eurodéputé hongrois dans une fête libertine clandestine

Valéry Giscard d'Estaing est décédé "des suites du Covid-19"

Lire et commenter