SOS Villages : à Wattrelos, "Le passé simple" cherche le repreneur qui le conjuguera au futur

SOS Villages : à Wattrelos, "Le passé simple" cherche le repreneur qui le conjuguera au futur

REPORTAGE - Le site internet de l'opération de TF1 SOS Villages dispose ce lundi de près de 7.000 annonces. Parmi elles, celle des propriétaires du café "Le passé simple" à Wattrelos (Nord), à la recherche d'un repreneur.

"S’il ferme, on sera un peu perdus : où aller ?" A Wattrelos, les habitués du "Passé simple" redoutent qu'il ne mette la clé sous la porte, alors que leur commune de 40.000 habitants, proche de Lille, ne dispose déjà plus que d'une quinzaine de cafés. Mais après 15 ans à la tête de cet établissement dans lequel on retrouve l'ambiance des bistrots du Nord, ses propriétaires, Francisco et Angelina, souhaitent changer de vie.

Pour mettre toutes leurs chances de leur côté - dans leur quartier, certains commerces en vente ne trouvent pas acquéreur - , ils ont fait appel aux services de l'opération SOS Villages. "On touche beaucoup plus de monde et c'est une vitrine sérieuse", explique Francisco dans le reportage du JT de 13h de TF1 en tête de cet article.

Toute l'info sur

Le 13h

Lire aussi

L’annonce qu'il a déposée sur la plateforme de l'opération comprend le fonds de commerce, à céder pour 25.000 euros négociables, mais aussi un logement de 4 chambres au loyer de 780 euros par mois. "L’établissement est prêt à travailler, fait valoir Francisco. Il faut peut-être lancer un peu plus de cuisine, parce que la petite brasserie manque. Mais au niveau bar, ça fonctionne", assure-t-il, montrant du doigt le "potentiel" que représentent ses habitués.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Après la forte mobilisation contre la loi "sécurité globale", le gouvernement sous pression

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Mort de Diego Maradona : son médecin, Leopoldo Luque, se dit responsable seulement de l'avoir aimé

EN DIRECT - Coronavirus : moins de 10.000 nouveaux cas recensés en 24 heures

Sans masque ni couvre-feu, le Nouvel An sera-t-il "super contaminant" ?

Lire et commenter