Ungersheim, un village de plus en plus autonome

Ungersheim, un village de plus en plus autonome

LABORATOIRE D’IDÉES – Panneaux photovoltaïques, gaz propre, alimentation... le village d’Ungersheim tente d’atteindre l’autonomie en tous points.

Vu d’en bas, le village d’Ungersheim, dans le Haut-Rhin, est a priori un village comme les autres. Il faut alors s’élever pour s’apercevoir du contraire : les toits du village sont quasiment tous recouverts de panneaux photovoltaïques. Ungersheim ne veut plus dépendre du nucléaire et du pétrole. 

Cette idée vient du maire qui se bat depuis près de 30 ans pour amener son village en transition énergétique. "Notre objectif, c’est de produire, sur le territoire de la commune, autant d’énergie électrique que celle qui est consommée. Pour l’instant, on doit être aux environs de 70%", affirme l’élu. Pour y parvenir, il favorise les énergies renouvelables, les circuits courts mais aussi le lien social. Les bâtiments communaux, par exemple, produisent leur propre énergie. C’est le cas de la cuisine scolaire, mais aussi de l’école du centre culturel. 

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

À Ungersheim, la transition passe aussi par les assiettes. C’est le maraîcher communal qui livre notamment les légumes de la cantine. Il a adapté sa production en fonction des besoins de l’école. "Si je peux monter à 70% ou 80%, ce serait vraiment super ! On est en dessous pour l’instant", affirme Kenji Sakai, le maraîcher. Les deux exploitations agricoles de la ville promeuvent une agriculture différente, à taille humaine. 

Kenji mixe méthodes traditionnelles non polluantes et modernité. Le cheval a remplacé le tracteur. "Pour du maraîchage, je dirais qu’on peut tout à fait travailler au cheval jusqu’à cinq à dix hectares", assure-t-il. Il recherche avant tout l’autonomie en alimentant en premier lieu les 2400 habitants du village. "La plus grande satisfaction, elle est dans le fait qu’on soit capables de produire l’équivalent nécessaire pour alimenter tout le village en légumes avec une dizaine d’hectares", poursuit-il. 

Lire aussi

Malgré tout, Ungersheim n’a pas vaincu les grandes surfaces. La grande majorité des habitants approuvent les initiatives, mais il n’est pas toujours facile de changer ses habitudes. "On essaye de dépenser notre argent ici, dans le village", affirme un habitant. Pour financer cette politique, Ungersheim dispose de subventions nationales et européennes. Il y a cependant un revers à la médaille : les routes ne sont pas entretenues. Forte de ces initiatives, la commune a attiré de nouveaux habitants qui ont, eux-mêmes, créé un écoquartier. La population est passée de 2.000 à 2.400 habitants en dix ans et 150 emplois ont été créé. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Mise au point du Dr Kierzek à propos de la déclaration du PDG de Pfizer sur la nécessité de recevoir une troisième dose de vaccination

Mort de l'ancien ministre Eric Raoult à 65 ans

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

Lire et commenter