"Zones blanches" : Bouygues Telecom N°1 en zones rurales poursuit son investissement dans ces territoires

SOS Villages

Toute L'info sur

SOS Villages

Pour lutter contre les zones blanches de téléphonie mobile, les opérateurs se sont engagés à plusieurs actions, notamment à créer 5000 nouveaux sites et à activer la 4G sur un maximum de leurs antennes à fin 2020.

Bouygues Telecom joue un rôle majeur dans le "New Deal" numérique conclu entre l’Etat et les opérateurs de téléphonie mobile. Dans cet accord, il est notamment question de la réduction des zones blanches, ces zones qu’aucun des quatre opérateurs ne couvrent. Une experte Réseau Mobile chez Bouygues Telecom, détaille les actions entreprises pour augmenter la couverture et répondre aux attentes des français dans ces zones..

 

Peut-on quantifier le nombre de zones blanches en France ?

Il est assez difficile de quantifier les zones non couvertes en France. En 2003, le programme dit "Zones Blanches" visait à réduire les zones couvertes par aucun des  opérateurs. Son but était de couvrir à minima les centres-bourgs (soit le centre de la ville/village + 500m autour). Ce programme a par la suite été élargi aux zones grises (zones couvertes par au moins un des opérateurs). Si l’on repart de cette définition, il y a en France environ 2% du territoire français qui n’est pas couvert en 2G/3G/4G.

 

Les territoires français ne sont pas tous sur un pied d’égalité. Pourquoi est-ce dans le Grand-Est, en Occitanie, en Nouvelle-Aquitaine, en Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Pays de la Loire que l'on trouve le plus de zones blanches ? 

Les territoires où se trouvent le plus de zones blanches sont, en général, les territoires dont le terrain ne facilite pas l’installation d’antennes radio. Généralement, il s’agit aussi de zones avec  une faible densité ou absence de population.

 

Quelles sont les actions mises en œuvre par Bouygues Telecom pour réduire le nombre de zones blanches ?

Le programme historique qui consistait à couvrir les centres-bourg date de 2003. Bouygues Telecom a toujours respecté toutes ses obligations réglementaires. En janvier 2018, le "New Deal" a été lancé (signé par l’ARCEP, l’état et les opérateurs). L’un des objectifs du "New Deal" est d’apporter une couverture dite une "bonne couverture". En effet, sur le site de l’Arcep, les opérateurs affichent le niveau de leur couverture, qualifiée de très bonne/bonne/limitée selon les usages possibles.

Concrètement, les opérateurs se sont engagés sur plusieurs points : être transparents en annonçant régulièrement leur couverture et l’état de leur réseau, couvrir les axes de transports ferrés et routiers, renforcer la couverture dans les zones non ou mal couvertes et enfin migrer à fin 2020 tous les sites existants en 4G (hors programme historique des zones blanches : 75% de ces zones doivent être couvertes à fin 2020, les 25% restants d’ici à fin 2022).

 

Le Dispositif de Couverture Ciblée, qui vise à apporter le Très Haut Débit à des zones peu ou mal couvertes, prévoit le déploiement de 5000 nouveaux sites par opérateur, dont au moins 2000 zones au sein desquelles aucun des opérateurs n’a de couverture voix/SMS.

 

L'ambition d'emmener le très haut débit sur l'ensemble du territoire d'ici 2020 est-il tenable ?

Tous nos sites deviendront 4G d’ici à fin 2020, hormis 25% de zones blanches pour lesquelles le planning réglementaire est à fin 2022.

 

Quels sont les facteurs qui pourraient retarder ce déploiement ?

Un des principaux facteurs seraient le manque de terrains disponibles où l’on puisse installer nos antennes et répondant à nos critères de faisabilité comme l’acheminement d’électricité… Un autre facteur pourrait être les délais administratifs, les collectivités pourront grandement aider sur ce point.

L'arrivée de la 5G aura-t-elle un impact sur la résorption des zones blanches (ou l'inverse) ?

 Le programme New Deal ne sera pas impacté par l’arrivée de la 5G. 

Sur le même sujet

Et aussi