Présidentielle 2017 : pourquoi Emmanuel Macron ne veut pas passer par la primaire de gauche

Présidentielle 2017 : pourquoi Emmanuel Macron ne veut pas passer par la primaire de gauche

MISE AU POINT - Autant pour des considérations tactiques qu'idéologiques, Emmanuel Macron souhaite filer vers la présidentielle sans passer par la case "primaire". Une stratégie qui risque de mettre en difficulté ses rivaux, mais aussi tous les candidats de gauche.

La candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de 2017 doit être annoncée ce mercredi, à Bobigny. Après un suspense tout realtif, l'ancien ministre de l'Économie pourrait donc se retrouver face à un autre candidat de la majorité : le gagnant de la primaire de gauche, de laquelle Emmanuel Macron s'est exempté. Mais au fait, pourquoi refuse-t-il d'y prendre part ?

Toute l'info sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Lire aussi

    Parce qu'il a de bonnes chances de perdre

    Dans tous les cas, Emmanuel Macron prend de gros risques. Se porter candidat seul à la présidentielle, c'est risquer d'avoir comme rivaux le candidat issu de la primaire de la gauche, mais aussi le ou les candidats de la gauche radicale. Soit autant de chances de ne pas passer le premier tour.

    Mais concourir à la primaire de la gauche, c'est prendre le risque de la perdre, et de ne même pas atteindre le 1er tour. C'est ce qui risquerait d'arriver à Emmanuel Macron, moins populaire auprès de l'électorat socialiste que Manuel Valls.

    Parce qu'une participation à la primaire brouillerait son message

    Si l'ancien ministre de l'Économie refuse la primaire, c'est aussi parce que ce mode de désignation incarne la politique partisane qu'Emmanuel Macron critique tant dans ses discours. Y prendre part, ce serait abîmer son image de (presque) candidat anti-parti(s). 

    En vidéo

    JT20H - Hollande sur la candidature de Macron : "L’enjeu, c’est la cohésion"

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

    Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

    VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

    Escroquerie à la carte bancaire : clap de fin pour les rois de l’arnaque du "allo"

    Emeutes en Martinique : un cap franchi dans la violence

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.