Recréer des sons perdus pour les garder dans la mémoire collective

DirectLCI
Nos journalistes sont partis à Lyon pour faire écouter, à l’aide d'un casque, des sons disparus depuis plusieurs dizaines années. Le bruit des touches d’une machine à écrire, le clic-clac d’un appareil photo argentique, le bruit du minitel ont tous un point commun, ils ont disparus de nos vies. Pour qu’ils ne tombent pas aux oubliettes, l’institut des sciences de l’Homme de Lyon a décidé de stocker ces sons disparus. Un moyen de les garder dans la mémoire collective.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter