6 nations : en Irlande en pensant déjà à la Coupe du monde

6 nations : en Irlande en pensant déjà à la Coupe du monde

DirectLCI
XV DE FRANCE - Les Bleus se déplacent à Dublin, samedi (18 heures), pour y affronter le XV du Trèfle et peut-être remporter une deuxième victoire en autant de matches. L’Irlande, un adversaire que retrouveront les Français lors de la prochaine Coupe du monde. Mais ils jurent ne pas trop y penser. Quoique.

La Coupe du monde, c’est loin. Encore sept mois et autant de matches avant que ne débute la grand-messe du rugby mondial, que les Bleus lanceront face à l’Italie. Pourtant, samedi, cet Irlande-France, comptant pour le second match du Tournoi des 6 nations, aura des airs de Mondial. Les deux équipes se retrouvent en effet dans la même poule dont elles pourraient se disputer la première place, celle qui leur permettra d’éviter les All Blacks en quarts de finale.

EN SAVOIR + >> Pour affronter l'Irlande, Saint-André ne change rien... ou presque

La Coupe du monde, ça se prépare donc dès samedi. Et une victoire sur le terrain, en plus d'être un formidable coup de fouet pour le moral des Bleus,  serait un premier jalon posé pour la suite. "Je sais que quand j’affronte une équipe contre laquelle j’ai perdu il y a peu, l'adversaire a un petit ascendant psychologique, concède Wesley Fofana. Mais à l’inverse, on serait en confiance si on l’emportait. Ca permet de marquer son territoire." Bernard Le Roux abonde : "Je ne sais pas si ça aura un impact, mais ça nous donnerait beaucoup de confiance, c’est certain. De toute façon, on doit se prouver des choses face à cette dream team."

Lopez : "Restons concentrés sur le Tournoi, sinon..."

Avant de penser à marquer l'adversaire, c'est plutôt le besoin de se rassurer que soulignent les joueurs du XV de France, pas franchement convaincants face à l'Ecosse, la semaine dernière (15-8). Mercredi, Philippe Saint-André, le sélectionneur, avait tenu à dissocier le match de Dublin de celui qui se tiendra à Cardiff le 11 octobre, dans le cadre la Coupe du monde. Ses hommes semblent avoir compris le message. "Restons concentrés sur le Tournoi, sinon on se risque à une grande déconvenue, prévient Camille Lopez, l’ouvreur des Bleus. Ce ne sera pas le même contexte, pas le même match. Si ça se trouve, là, on va les battre... et pas à la Coupe du monde’’ Pas faux. "Même si j’ai battu un adversaire au match d’avant, je ne suis pas du genre à me dire que le retour va être facile, rigole Damien Chouly. Entre les deux rencontres, il y aura une préparation et forcément une évolution.’’

EN SAVOIR + >> Eddy Ben Arous, un pilier tout sauf timide

Le 3e ligne clermontois sait pourtant mieux que personne qu’un succès conforterait les siens en vue de la prochaine rencontre. Début décembre, il s’était imposé avec Clermont au Munster, club où figure la majeure partie du pack irlandais. "On leur avait mis beaucoup de pression, ça va me servir de repère pour samedi’’, affirme-t-il. "On va retrouver beaucoup de similitudes, poursuit Lopez, son coéquipier en Auvergne. On ne les avait pas laissé avancer, ce sera encore une des clés du match samedi.’’ Et assurément un des ingrédients à retrouver en Coupe du monde,. Les Bleus gagneraient du temps à l’appliquer dès samedi.

Sur le même sujet

Lire et commenter