C'est quoi cette histoire d'autogestion au sein du XV de France ?

RUGBY
RÉACTION - Devant l'immense défi qui les attend face à la Nouvelle-Zélande samedi (21 heures) et un staff qui paraît sans solution, de nombreux observateurs attendent depuis quelques jours une révolte des joueurs. Et selon le Nouvel Obs, elle serait advenue, puisque ces derniers auraient "écarté" Philippe Saint-André. Explications.

Le concept l'a toujours fait sourire. Quand depuis la cuisante défaite contre l'Irlande on demande à Philippe Saint-André si ses joueurs doivent faire leur révolution, le sélectionneur esquisse invariablement un rictus et affirme qu'ils évoluent dans le cadre qu'il a défini mais qui n'est pas un carcan. "Ils ont la liberté de prendre des initiatives, de se faire des passes, contre-attaquer, avait même expliqué PSA. Les joueurs n’ont pas l’interdiction de se lâcher. Ils doivent s'émanciper, personne ne leur interdit de jouer..."

Emancipation n'est pas autogestion, et il y a quelques jours encore, les médias évoquaient une certaine "autonomie" du groupe mais pas plus. Jeudi soir, après l'annonce de l'équipe qui affrontera les All Blacks samedi, Le Nouvel Obs a franchi le pas et a publié un article au titre alléchant : "Saint-André écarté, les Bleus en autogestion". 

Bon, on doit vous avouer que pour avoir passé la matinée à l'hôtel du XV de France, metronews n'a pas senti le vent de la révolte souffler aussi fort que ce que nos confrères l'affirment (ce qui ne veut pas dire qu'ils se trompent), mais confirme qu'au sein du groupe, le message de Saint-André a du mal à passer depuis déjà pas mal de temps...

EN SAVOIR + >>  En apparence, c'est toujours le calme plat chez les Bleus

"On se laissait trop faire, on écoutait poliment alors qu'on n’y croyait pas"

L'échéance d'une élimination que beaucoup disent certaines et le manque plan B du staff auraient-ils alors poussé les joueurs à subitement "rompre le mariage" avec PSA, comme l'affirme L'Obs ? La thèse est séduisante car elle pose la question de cette fameuse autogestion. Une pratique qui a été évoquée chez les footballeurs de l'équipe de France en 2006 avec Raymond Domenech (qui a toujours nié). Mais aussi avec les rugbymen de 2011, qui auraient mis Marc Lièvremont de côté. L'ancien sélectionneur du XV de France a plutôt évoqué "un retrait volontaire", que semblent attester les images captées par TF1 dans le vestiaire tricolore après la défaite contre le Tonga en poules (14-19), où on le voyait exhorter ses hommes à se "rebeller" et à l'envoyer "chier".

Ce qu'ils ont d'ailleurs fait, après avoir bu quelques verres, mais pas vraiment ceux de l'amitié, comme l'explique Vincent Clerc à metronews : "Perdu pour perdu, on était tellement mal partis qu'on s'est dit les quatre vérités. Entre joueurs mais aussi avec le staff. On se laissait trop faire, on écoutait poliment alors qu'il y avait des choses auxquelles on ne croyait pas mais qu'on faisait quand même et du coup, ça ne fonctionnait pas. Du fait que le groupe se soit repris en main et ait fait part de ses idées, on a changé le fusil d'épaule, on s'est entraîné différemment". Conclusion, l'autogestion ça existe, à condition d'avoir les bons joueurs pour la décréter.

À LIRE AUSSI 
>>  Nos 5 conseils bidons aux Bleus pour être sûrs de taper les Blacks
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Lire et commenter