Coupe du monde de rugby : pourquoi les Irlandais ont une trouille bleue... des Bleus

RUGBY

MÉFIANCE - Alors que tout le monde voyait le XV du trèfle comme archi-favori face aux Français dimanche (17 h 45), les Irlandais ont calmé les ardeurs des observateurs. Car les hommes de Joe Schmidt savent bien que la France peut encore leur jouer des mauvais tours.

Parce qu'il y a l'effet Coupe du monde
Oublié les VI Nations. Si depuis 4 ans la France est incapable de battre l'Irlande (deux nuls et deux défaites), elle peut se sublimer durant le Mondial. "Cela va être un match totalement différent par rapport aux dernières fois que nous l'avons affrontée, prédit Sean O'Brien. Son histoire en Coupe du monde le montre : la France a été six fois au moins en demi-finale je crois. Elle est très dangereuse". Et les Irlandais en savent quelque chose, eux qui ont été battus à trois reprises par les Bleus dans cette compétition : en quarts en 1995 et 2003 puis en poules en 2007. 

Parce que l'Irlande n'est pas infaillible
Et si Philippe Saint-André avait raison d'ironiser ? Visiblement piqué par les commentaires élogieux sur le XV du trèfle et les réserves répétées contre son équipe, le sélectionneur avait lâché vendredi, au lendemain de la victoire contre le Canada : "Il paraît que l’Irlande a été exceptionnelle contre la Roumanie. Ils sont beaux, ils sont costauds et ils jouent en vert (sic)". Le match poussif des Irlandais contre l'Italie dimanche (16-9) a mis en lumière des limites que l'on n’attendait pas chez le double vainqueur en titre des VI Nations. Et l'écart de niveau avec les Bleus n'est peut-être pas aussi grand que certains le disent. 

Parce que Cardiff
Inoubliable exploit. Il y avait 8 ans jour pour jour mardi que la France signait le 6 octobre 2007 l'une des plus belles victoires de son histoire. Sur la pelouse du Millennium de Cardiff (tiens, tiens...), les Thierry Dusautoir, Sébastien Chabal et compagnie défiaient les All Blacks lors d'un haka électrisant, avant de les sortir en quarts de finale de la Coupe du monde (20-18). Bon, bien sûr, le XV de France a ensuite été sorti par l'Angleterre (14-9) et n'a depuis plus beaucoup gagné à Cardiff (une victoire pour trois défaites...). Mais tout de même quel souvenir ! 

 Parce que les Bleus ont un "mastodonte" et un "magicien"
L'Irlande est une terre de légendes et les mythes. Alors en bons celtiques, les joueurs du XV du trèfle ont actionné la machine à rêves et à contes de fée pour évoquer les joueurs français. Et dans la presse locale, inspirée pas Jonathan Sexton qui redoute la puissance de Mathieu Bastareaud, le centre tricolore est devenu "un mastodonte". De son côté, Frédéric Michalak a été qualifié de "magicien" par son homologue Ian Madigan. Mais un sorcier capable d'invoquer des mauvais sorts, plutôt "de sortir un lapin de son chapeau". Et cela semble déjà bien suffisant pour effrayer l'Irlandais.

À LIRE AUSSI 
>>  Quand l'Irlande fait profil bas devant le XV de France
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Lire et commenter