Dépassé par l'Irlande, ce XV de France n'a finalement pas changé

RUGBY

DÉSILLUSION - Dans un Millennium de Cardiff en fusion et tout acquis à la cause de l'Irlande, les Bleus se sont inclinés sans briller dimanche (9-24). Une défaite qui oblige le XV de France à affronter la Nouvelle-Zélande samedi prochain en quarts de finale et, surtout, à sérieusement revoir sa copie.

Les Bleus ont-ils résisté à la pression du Millennium ?
C'était le gros test de ce XV de France, le premier match face à une équipe du top niveau mondial après une mise en route sérieuse mais sans folie face à l'Italie, la Roumanie et le Canada. Mais si lors de ces précédents matchs les Bleus se sont parfois crus à domicile, à Cardiff, il y avait près de 40.000 supporters derrière leur équipe. Et cela s'est entendu : le vacarme était assourdissant lorsque le XV de trèfle passait à l'offensive. Ce qui est souvent arrivé...

Côté français, 15.000 supporters ont bien fait le déplacement et se sont parfois fait entendre, mais ils n'ont pas pu donner le change. Preuve du bouillon pris par les Français, l'en-avant de "stress" de Thierry Dusautoir dans ses 22, juste après l'essai irlandais de Rob Kearney (14-6, 50e minute).

 Les blessures de Sexton et O'Connell ont-elles changé quelque chose ?
Phillippe Saint-André avait prévenu qu'il faudrait livrer un "énorme combat" pour battre l'Irlande et malgré la défaite, le XV de France a un temps répondu présent. Pour preuve : deux Irlandais, et pas des moindres, ont été envoyés au tapis : Jonny Sexton et Paul O'Connell ! Si, pour le premier, Mathieu Bastareaud n'y est cette fois-ci pour rien (c'est un énorme plaquage de Louis Picamoles à la 25e minute qui a eu raison de l'ouvreur), concernant le second, Pascal Papé a joué les récidivistes.

Après avoir blessé Jamie Healsip lors du dernier tournoi (coup de genou dans le dos), le deuxième ligne parisien, probablement échaudé par le coup de poing reçu en tout début de match, a infligé une charge "limite" au capitaine irish. 


Mais malgré la sortie de ces deux joueurs-clé, le XV du trèfle n'a jamais paru vraiment inquiété par celui de France. Preuve du beau réservoir irlandais. Mieux, il a semblé que la sortie sur civière d'O'Connell à la mi-temps les a poussé à jouer avec encore plus d'intensité. Ce qui a laissé les Français sans voix ni réponse sur le terrain, malgré un second essai irlandais signé Conor Murray (9-21, 72e).

EN SAVOIR+>>  Papé, séché par le 3e ligne irlandais Sean O'Brien 

 Michalak a-t-il fait le job ?
On savait que la performance des Bleus était étroitement liée à celle de Frédéric Michalak. Et dans son duel à distance avec son vis-à-vis Jonathan Sexton, l'ouvreur tricolore n'a pas eu trop besoin de s'employer puisque l'ouvreur irlandais (jusque-là à 100 % et 6 points) est rapidement sorti blessé. Reste que dans le jeu, le n° 10 français n'a pas réussi grand-chose et a eu beaucoup plus de mal à s'exprimer que depuis le début de cette Coupe du monde. Même constat au pied où, après avoir raté son unique pénalité d'entrée (6e minute), Michalak a fini avec un 0 % peu flatteur. Pire, il a été remplacé à la 55e par Rémi Talès. Comme toute la charnière, d'ailleurs, puisque Sébastien Tillous-Borde a laissé sa place à Morgan Parra.

 Qu'est-ce que ça signifie pour la suite ?
Premièrement, il va falloir faire un énorme exploit en quarts face aux Blacks. Deuxièmement, les quelques garanties que semblait afficher cette équipe de France depuis sa préparation estivale se sont envolées durant la seconde période face à l'Irlande. Pas brillants mais sérieux en première mi-temps, les hommes de PSA sont ensuite retombés dans les travers qu'on leur connaît depuis bientôt quatre ans : de la précipitation devant et surtout une incapacité chronique à mettre la main sur une rencontre de très haut niveau. Bref, on est revenu au point de départ (l'avait-on quitté d'ailleurs ?), ce qui ne veut pas dire que ce XV de France n'est pas capable de nous refaire le coup du miracle samedi prochain au Millennium.

À LIRE AUSSI 
>> Revivez la défaite du XV de France face à l'Irlande

>> Tous les résultats et les matchs en direct

Lire et commenter