Face aux All Blacks, les Bleus peuvent-ils prendre leur destin en main ?

RUGBY
REBELLION - Trop tendre pour battre l'Irlande et sans doute aussi pour réaliser l'exploit face aux All Blacks samedi (21 heures), cette équipe de France est au bord du précipice. A moins que ses joueurs ne décident de se révolter et de changer le cours de l'histoire.

Prendre les clés du camion. Alors que Philippe Saint-André paraît démuni devant les limites affichées par ses joueurs dimanche à Cardiff, la thèse d'un miracle face à la Nouvelle-Zélande samedi ne peux prendre de l'épaisseur qu'à la seule condition d'une prise de conscience des joueurs. Une volonté de ne pas se laisser porter vers une élimination logique face aux All Blacks mais sans gloire. "Les joueurs doivent basculer dans une autre dimension", a ainsi demandé PSA qui a mis son groupe devant ses responsabilités.

"Ils doivent s'émanciper, personne ne leur interdit de jouer..."

"Il y a un cadre mais les joueurs ont toute la liberté de prendre des initiatives, a même lâché le sélectionneur, alors qu'il était interrogé sur la pauvreté du jeu tricolore. Ils doivent s'émanciper, personne ne leur interdit de jouer..." Ainsi, sans appeler à la mutinerie ou à la quasi auto-gestion mise en place par les Bleus lors de la Coupe du monde 2011 après la phase de poules, Saint-André en appelle tout de même à une réaction de ses hommes : "Si on n’est pas rebelle cette semaine, on ne le sera jamais". Reste à savoir si ces Bleus en sont capables...

Ceux qui sont parvenus à aller jusqu'en finale il y a quatre ans faisaient partis d'une équipe de "capitaines" dans laquelle les joueurs d'expérience étaient légion (avec des Julien Bonnaire, Thierry Dusautoir, Imanol Harinordoquy, William Servat, Dimitri Szarzewski, Lionel Nallet ou Pascal Papé). L'effectif de 2015 est, lui, beaucoup plus tendre puisque deux tiers vit là sa première Coupe du monde et que plusieurs anciens sont remplaçants (Szarzewski, Yannick Nyanga, Nicolas Mas...). Et même si Patrice Lagisquet vantait il y a quelques semaines "un degré d'autonomie chez les joueurs qu'on avait jamais atteint", cela ne veut pas dire pour autant que cette équipe a la foi. Celle de croire un miracle possible. 

À LIRE AUSSI 
>> Les Bleus ont-ils peur des Blacks ?
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Lire et commenter