France – Angleterre : les Bleus arrachent le Crunch

France – Angleterre : les Bleus arrachent le Crunch

DirectLCI
RUGBY – Sur un essai de Fickou en fin de match, la France a battu l’Angleterre (26-24) en ouverture du Tournoi des VI nations. Si tout n’a pas été parfait, cette équipe est pleine de promesses.

Qu'est-ce qui fait plus plaisir à un rugbyman français que de battre un Anglais ? Le battre dans les dernières minutes de la partie, peut-être. C’est donc très heureux que les Bleus sont rentrés aux vestiaires après avoir vaincu sur le fil l’Angleterre en ouverture du Tournoi de VI nations (26-24).

Les doutes sur cette équipe de France étaient balayés dès la 1e minute. Jules Plisson tape une diagonale sur le premier lancement de jeu. Le ballon rebondi dans les mains d’Huget qui va à l’essai (5-0). On croit au coup de chance, mais les Anglais sont dépassés dans tous les secteurs de jeu. Privés de ballon, leurs rares offensives finissent en contre-attaque des Bleus.

Un retour des vestiaires compliqué

Le jeu au pied les fait paniquer à chaque fois et sur une nouvelle diagonale de Dulin, Huget a, une nouvelle fois le rebond favorable et signe un doublé (13-3). Doussain pousse même l’avantage à 16 à 3. Mais la fin de mi-temps tourne à l’avantage des Anglais, les Français redeviennent brouillons et n’ont plus la maitrise du ballon. Et sur une filouterie de Care, Vunipola libère Brown qui marque (16-8).

Le retour des vestiaires est très compliqué, les Anglais inversent la tendance, et plantent un nouvel essai par Burrel (16-18). Tout ce que la France faisait de bien est oublié. Les Bleus sont au fond du trou et ne parviennent à rien, et perdent le contrôle du ballon.

Fickou, la délivrance

Et puis. Il reste trois minutes à jouer et les Bleus ont cinq points de retard. Les Bleus remontent 80 mètres en enchaînant jeu à la passe et percée des gros. Szarzewski se lance, fixe le dernier défenseur et décale Fickou qui va au bout. Les Bleus sont devant. Le bonheur est total.

Et l’on se met à rêver. Car battre l’Angleterre libère grandement le chemin de la victoire finale et du Grand Chelem. C’est aussi le moment où l’on se souvient que les Bleus gagnent souvent le Chelem les années suivant la tournée des Lions britanniques. Et qu’un sélectionneur Français accroche toujours un Chelem la troisième année de son mandat. Toutes les conditions sont remplies. Hâte de voir la suite.

Lire et commenter