Tournoi des VI nations : pourquoi France-Galles est primordial pour l'avenir du rugby français

RUGBY

Toute L'info sur

Le XV de France au Tournoi des Six Nations

ÉPILOGUE - Le XV de France doit battre le Pays de Galles dans son ultime match du Tournoi des VI nations ce samedi. Si une victoire peut lui assurer la deuxième place, une défaite le ferait probablement basculer en cinquième position. De quoi ternir le bilan de Guy Novès et placer les Bleus en fâcheuse posture pour le tirage au sort de la Coupe du monde 2019 en mai prochain. Explications.

La France peut finir deuxième... comme cinquième

Un match charnière. Avant le verdict du Tournoi des VI nations 2017, seules deux nations connaissent déjà leur sort. L'Angleterre (qui peut même réaliser le Grand Chelem) est assurée de remporter son second tournoi consécutif et l'Italie d'en terminer dernière.

Pour le XV de France, revigoré par un succès contre les Transalpins il y a une semaine (18-40), ce "finish" s'annonce trépidant. Actuel troisièmes au classement, les Bleus ont besoin d'une victoire contre le Pays de Galles ce samedi au Stade de France pour conforter leur position (coup d'envoi à 15h45). Si le scénario d'Irlande-Angleterre leur est favorable, ils peuvent même espérer chiper la deuxième place au XV du Trèfle. Conclure le Tournoi en position de dauphin serait également une première pour les Français depuis 2011.

En revanche, en cas de défaite, les hommes de Guy Novès peuvent finir à la 5e place pour la deuxième année consécutive, en fonction du résultat de l'Ecosse face à l'Italie. 

Lire aussi

Novès, à la croisée des chemins

Après ce match contre Galles, l'ancien manager général de Toulouse aura terminé deux des quatre tournois des VI Nations disputés pendant son contrat de quatre ans. Si le coach du XV de France parvient à clore cette édition sur une bonne note, il aura prouvé que la bande à Guilhem Guirado progresse et pourra entrevoir l'avenir avec davantage de sérénité. Son projet de jeu sera également validé. 

À l'inverse, un revers soulignerait un bilan plutôt mitigé de six victoires pour huit défaites depuis sa prise de fonctions. Certes, Novès est parvenu à tenir tête à des pointures du rugby mondial (défaites 25-23 contre l'Australie et 24-19 face à la Nouvelle-Zélande à l'automne dernier). Mais perdre avec les honneurs n'est pas suffisant.

 Une défaite alimenterait surtout le parallèle avec son prédécesseur, Philippe Saint-André, dont la mandature a été bien piteuse. "PSA" n’a ainsi jamais gagné le Tournoi des VI Nations (quatrième en 2012, 2014, 2015) et a même terminé dernier en 2013, sans oublier l'humiliation ultime avec la rouste subie (62-13) lors du quart de finale de la coupe du Monde 2015 contre les Blacks. Tout comme Saint-André, Novès n'a pas prôné une politique de stabilité au sein de l'effectif français et a notamment changé de charnière à maintes reprises.

La France sous la pression des Argentins

Autre objectif capital face à Galles : sauver la huitième place de la France parmi les meilleures nations du rugby à moins de trois mois du crucial tirage au sort de la Coupe du monde 2019 au Japon qui aura lieu le 10 mai. Les 8 premiers seront en effet répartis en deux chapeaux et plus ou moins protégés, contrairement au neuvième qui affrontera forcément deux adversaires de très gros calibre.  SI la France gagne ou fait match nul, elle restera dans les huit premiers. Si elle perd, trois cas de figure sont envisageables :

- Une défaite avec moins de 15 points d'écart lui promet la 8e place.

- Une défaite de plus de 15 points, alliée à un revers de l'Écosse par le même écart, lui assure aussi la 8e place.

- En revanche, les Pumas argentins (9e) passeront devant les Bleus en cas de défaite de plus de 15 points associée à tout résultat de l'Ecosse qui se solderait par une défaite de moins de 15 points. 

Le classement IRB

En vidéo

Tournoi des VI Nations - Ces jeunes qui représentent l'avenir du XV de France

En vidéo

Le résumé d'Angleterre-France

Et aussi

Lire et commenter