France - Irlande : Joe Schmidt, le sorcier vert élevé en Auvergne

RUGBY

RETROUVAILLES – Passé avec succès par Clermont comme entraîneur des arrières, le technicien a depuis pris du galon. Après avoir emmené le Leinster au sommet de l'Europe, Joe Schmidt s'est attelé à redresser le XV du trèfle. Mais pour que la réussite soit totale, il lui faudra battre l'équipe de France dimanche à Cardiff (17 h 45)

Les gros matches, il connaît. Entre Clermont qu'il a aidé à devenir champion de France pour la première fois (en 2010) et le Leinster, où en tant qu'entraîneur il a remporté deux titres de champions d'Europe (2011 et 2012), Joe Schmidt a un certain savoir-faire en la matière. Et sa franche réussite depuis qu'il a pris les rênes d'une Irlande un peu à la dérive est venue confirmer les bonnes recettes du sorcier vert. Alors que le XV du trèfle avait terminé le Tournoi des VI nations 2013 avec un seul succès et trois défaites (notamment en Écosse et en Italie...), Schmidt a permis aux Irlandais de remporter les deux éditions suivantes (2014 et 2015), pour un doublé jamais vu depuis celui de 1948-1949. Bref, ce sélectionneur irlandais est un technicien à succès, dont le maître-mot est "l'exigence". 

"C'est quelqu'un qui fait attention au moindre détail"

"C'est un entraîneur très exigeant qui aime la précision, la vitesse et la fluidité dans le jeu, a ainsi expliqué à l'AFP Wesley Fofana, qui l'a connu entre 2008 et 2010. Il y a bien sûr sa patte dans le jeu irlandais". Avec Schmidt, sélectionneur très affable avec la presse qui n'hésite pas à longuement expliquer ses choix, tout doit donc être réglé comme du papier à musique et la moindre faiblesse adverse est disséquée afin d'en tirer profit sur le terrain. Du temps du passage de Schmidt en Auvergne, Morgan Parra était lui déjà un cadre de Clermont lorsque l'Irlandais y sévissait. Et cela lui a pris du temps avant de se faire à sa méthode : "C'est un entraîneur que j'ai appris à connaître, à apprécier, même si j'avais beaucoup de mal au début. C'était tendu car c'est quelqu'un qui fait attention au moindre détail, est très professionnel, très dur mais très attachant aussi en dehors. Il a un gros relationnel avec les joueurs."

Schmidt n'a qu'un seul but d'après Parra : "tout gagner". Et pour cela, il utilise les meilleures armes en fonction de l'adversaire. Son Irlande est ainsi capable de proposer un jeu de ligne abouti mais aussi de se contenter d'un plan plus restrictif reposant sur le pied de Jonathan Sexton, comme dimanche dernier face à l'Italie (16-9). "Dans le rugby moderne, il y a beaucoup de gars costauds sur un terrain qui n'est pas si gros que ça. C'est pour ça qu'il faut, en attaque, être capable de se faire des passes, de porter le ballon mais aussi d'utiliser le pied, analysait récemment Schmidt. Il faut être intelligent pour user en alternance de ces trois formes du jeu". Les Bleus sont maintenant prévenus.

À LIRE AUSSI 
>>  Cardiff, cette ville qui respire le rugby
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Lire et commenter