France - Irlande : Mathieu Bastareaud, attention "mastodonte" fragile

France - Irlande : Mathieu Bastareaud, attention "mastodonte" fragile

DirectLCI
BLESSURES - Centre au gabarit impressionnant (1,83 m pour 120 kg), l'international tricolore a connu pas mal de bas émotionnels et sportifs dans sa carrière. Et s'il est celui que craignent le plus les Irlandais pour le choc de dimanche (17 h 45), Mathieu Bastareaud continue de rester un joueur un peu à part dans ce XV de France.

Colosse aux pieds d'argile. Rare sont les joueurs de haut niveau qui ont accouché une confession aussi grave que celle de Mathieu Bastareaud (27 ans) : dans son autobiographie "Tête haute, Confessions d’un enfant terrible du rugby", sortie en juin dernier, l'international (37 sélections) raconte comment, sous le feu des critiques après l'épisode de la table de nuit en Nouvelle-Zélande , il a tenté de mettre fin à ses jours en 2009. Depuis, et après de nouveaux passages dépressifs, de consommations d'alcool trop répétées puis l'aide d'une psy, le Toulonnais a tourné la page. Pourtant, il garde à l'avant-bras la cicatrice de cet instant où tout a failli basculer, qu'il camoufle depuis avec un tatouage. 

"Une image qui n'était pas conforme à la réalité"

C'est d'ailleurs souvent la stratégie de Bastareaud : cacher les blessures. Car sous son apparence de gros nounours un poil nonchalant qu'il livre au public, se terre un tout autre personnage. "Sa puissance, son côté effacé, sa maladresse et sa jeunesse lui donnaient une image qui n'était pas conforme à la réalité, confie à metronews Pascal Irastorza, qui s'est occupé de l'image du joueur en 2011, lors de son transfert du Stade Français à Toulon. C'est dommage, car Mathieu est un gentil garçon très intelligent. Discutez un quart d'heure avec lui et vous serez conquis". C'est peut-être ce qu'il faudrait pour que certains supporters et observateurs changent d'opinion sur lui.

Car si Jonathan Sexton a expliqué que Bastareaud, appelé "le mastodonte" par la presse irlandaise , était le joueur qu'il redoutait le plus en vue de "la finale" du groupe D dimanche, le centre ne fait pas toujours l'unanimité en France. Et si tout le monde convient qu'il avance et qu'il peut perforer les lignes adversaires, certains lui reprochent encore et toujours un registre rugbystique "limité". 

Des réserves que l'intéressé n'écoute plus : "Ça fait un moment que je me coupe de tout ce qui se dit à l'extérieur, nous expliquait Bastareaud en début de compétition. Si on veut aller le plus loin possible avec le XV de France, il faut se concentrer sur nous et être sûrs à 200 % de ce que l'on fait". Sous peine de chuter. 

À LIRE AUSSI 
>>  Pourquoi l'Irlande est favorite face au XV de France  
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Sur le même sujet

Lire et commenter