France - Nouvelle-Zélande : avec Morgan Parra, ça change quoi ?

RUGBY
RETOUR - Tilularisé en demi de mêlée par Philippe Saint-André pour apporter plus de maîtrise et de variété au jeu français, l'ouvreur est la sensation de ce XV de France qui affrontera la Nouvelle-Zélande samedi (21 heures). Préféré à Sébastien Tillous-Borde, Morgan Parra va devoir faire parler son expérience et surtout son gros caractère.

Et pourtant, il est encore tout jeune. Habitué au haut niveau depuis ses premiers pas en Top 14 en 2006, Morgan Parra n'a que 26 ans mais a déjà vécu beaucoup de choses avec le XV de France (64 sélections) : des débuts à 20 ans en 2008, un Grand Chelem en 2010, une finale de Coupe du monde perdue un an plus tard. Mais depuis, pas grand-chose. Philippe Saint-André, qui a pourtant vanté "son leadership et son expérience" au moment de justifier sa titularisation face aux Blacks samedi, n'a en effet jamais était trop client du Clermontois (14 titularisations seulement en 29 sélections depuis 2012).

Mais à force de bonnes sorties dans cette Coupe du monde (remplaçant contre l'Italie, le Canada, l'Irlande et titulaire contre la Roumanie), "Le Merdeux" (son surnom) est parvenu à convaincre PSA de ne plus lui préférer Sébastien Tillous-Borde au côté de Frédéric Michalak. "Sébastien n'a pas fait un mauvais match contre les Irlandais, a pourtant expliqué le sélectionneur qui n'estime pas s'être trompé en alignant jusque-là le Toulonnais. Le mal fou qu'on a eu dans la présentation et la conservation du ballon ne l'a pas beaucoup aidé..."

"Morgan a besoin de driver ses gros"

Ça tombe bien, car avoir la main sur ses avants et la gonfle, c'est justement la spécialité de Parra. D'où ce revirement. "Morgan, c'est un leader naturel, explique Wesley Fofana (27 ans), présent au point presse des Bleus jeudi matin. C'est un joueur qui a besoin de driver ses gros et qui a une très bonne connexion avec son 10". Une facilité tellement évidente dans ce rôle charnière de demi de mêlée, en plus d'un jeu au pied permettant de nombreuses variations dans le jeu, qu'il n'y a besoin d'évoluer avec lui depuis des années à Clermont pour s'en rendre compte. 

Yoann Maestri (27 ans), qui joue à Toulouse, voit lui aussi d'un très bon œil le retour de Parra aux affaires. "Je le connais depuis 15 ans et nos premiers stages en équipe de France jeunes. C'est le premier joueur de ma génération à avoir explosé au haut niveau, confie le deuxième ligne qui en plaisantant raconte que Parra a donc pu très tôt acheter ses coéquipiers pour qu'ils disent du bien de lui. Morgan a toujours eu une forte personnalité et sur le terrain, c'est quelqu'un qui aboie pas mal". Reste à savoir si sa voix parviendra à couvrir le fracas des vagues néo-zélandaises samedi soir à Cardiff.

À LIRE AUSSI 
>>  "S'il n'y a pas de rébellion face aux Blacks, il faut changer de sport"
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews 

Lire et commenter