France - Nouvelle-Zélande : vieillissants, imprécis, battables... non, les All Blacks ne sont pas parfaits

RUGBY
ESPOIRS - Soyons clair, on a vraiment cherché pour trouver les points faibles chez ces All Blacks que tout le monde craint à juste titre. Et on a quand même trouver quelques défauts à ces Néo-Zélandais que le XV de France doit à tout prix exploiter pour créer l'exploit samedi (21 heures).

La fenêtre de tir est très étroite. Si les Bleus veulent nous refaire le coup de 1999 et de 2007, ils vont devoir jouer un rugby parfait pour sortir les All Blacks de cette Coupe du monde. Et si rien ne garantit malheureusement que ce XV de France soit capable d'enfin élever son niveau de jeu pour rendre cet exploit possible, les hommes de Philippe Saint-André peuvent tout de même appuyer sur les quelques petits défauts de cette équipe qui reste évidemment impressionnante. 

L'âge des capitaines
C'est un l'argument que pensent imparable les détracteurs des All Blacks : cette équipe est vieillissante. En fait pas tellement (28,2 ans d'âge moyen contre 28,4 pour les Bleus...) mais ce qui retient surtout l'attention, c'est l'âge de ses leaders que sont Richie McCaw (34 ans) et Daniel Carter (33 ans). "Un faux débat", explique à metronews Olivier Magne pour qui McCaw est toujours aussi impressionnant : "Les gens sont peut-être un peu lassés de le voir depuis tout ce temps mais il est encore très fort, il n'y a pas photo". L'ancien troisième ligne est par contre plus réservé sur Carter qu'il juge "pas au mieux de sa forme", même s'il est persuadé que l'ouvreur néo-zed "a bien caché son jeu jusqu'aux quarts de finale". 

 Un rugby moins propre
De l'indiscipline et de l'imprécision, voilà ce que retiennent de la phase de poules néo-zélandaise ceux qui sont persuadés que les Blacks ne parviendront pas à conserver leur couronne mondiale. Et il faut dire que hormis un match solide contre l'Argentine (26-16), les copies rendues face à la Namibie (58-14), la Géorgie (43-10) et les Tonga (47-9) n'étaient pas parfaites. "Elle n'a pas fait des matches à 80 points comme c'était le cas par le passé, note Magne. On sent que cette équipe n'est pas complètement débridée mais je pense qu'elle en a gardé sous le pied". Dans ce groupe C, les coéquipiers de Conrad Smith ont écopé de trois cartons jaunes (dont deux contre les Pumas) et surtout perdu un nombre impressionnant de ballons : 80, soit le plus gros total des huit quart-de-finalistes. 

 

 Plus la première nation du sud
Ceux qui ne voient pas les  Blacks remporter un second titre de champion du monde d'affilée ont un autre favori : l'Australie. Vainqueurs du Four Nations en août dernier, durant lequel ils ont battu la Nouvelle-Zélande (27-19, la troisième défaite en quatre ans des Blacks), les Wallabies ont ravi le titre de meilleure nation de l'hémisphère sud à des Blacks qui le détenait depuis 2012. "C'est vrai que ce résultat a un petit peu refroidi les supporters, nous raconte Nigel Yalden, le Monsieur rugby des médias néo-zélandais. Mais même si on n'a pas encore montré notre meilleur rugby dans cette Coupe du monde, tout le monde au pays est sûr que les All Blacks vont remporter le titre". D'ailleurs, en 2011, ils avaient aussi laissé filer le Three Nations (l'Argentine n'étant arrivée qu'en 2012) au profit des Australiens. 

À LIRE AUSSI 
>>  Les 5 phrases des Bleus pour vous faire croire qu'ils y croient
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Lire et commenter