Good bye and thank you Sir Wilkinson

Good bye and thank you Sir Wilkinson

RUGBY - A 35 ans, Jonny Wilkinson a dit adieu au rugby professionnel sur un titre, le troisième avec Toulon depuis son arrivée en 2009. Si le demi d'ouverture a souvent fait le bonheur du RCT, il aussi été, à de nombreuses reprises, le bourreau des Bleus avec l'Angleterre. Retour sur une carrière riche et atypique.

Samedi soir, la France et le Top 14 ont eu le noble plaisir de dire au revoir à Sir Jonny Wilkinson. 15 points sur 18 pour conclure un dernier match et offrir à Toulon le titre qu'il attend depuis 22 ans . Au coup de sifflet final, ses partenaires ne sont pas trompés en venant se regrouper autour de lui, le serrant dans ses bras. ''Ça fait partie des choses que je pourrais dire à mes enfants que j'ai participé à la sortie de ce bonhomme'', soufflait Mathieu Bastareau au micro de France 2.

Toujours aussi humble, le grand monsieur de cette finale à commencer par remercier tout le monde, le club, ses coéquipiers et le public français dans son ensemble. Celui à qui il a pourtant fait tant de misères avec le quinze de la Rose.

Bourreau des Bleus

A Saint-Denis, l'Anglais a bouclé la boucle là même où il s'était révélé aux yeux du public hexagonal en 2000 durant le tournoi des Six Nations. Les omoplates d'Emile Ntamack s'en souviennent encore , le petit demi d'ouverture des Newcastle Falcons a un redoutable jeu au pied et n'a pas peur de plaquer les plus costauds, malgré ses 20 ans et son mètre 78. 

Contre les Bleus, il entretient à de nombreuses reprises ce rôle de bourreau capable de faire dérailler l'adversaire par son jeu au pied, même quand sa sélection traverse une période plus que délicate. En atteste, son quart et sa demi-finale de Coupe du monde 2007 contre l'Australie, puis la France où il qualifie à lui seul l'Angleterre. Le tout après avoir manqué le début de la compétition pour une blessure à la cheville. Et alors qu'il a accumulé, les absences sur les trois dernières années (épaules, ligament du genou, cheville, problème de reins, adducteurs, traumatisme au plexus).

Pourtant, l'Anglais ne perd pas confiance et avance même pendant cette période de convalescence que son ''meilleur rugby est à venir''. Il n'avait pas tout à fait tort : 2008 est un tournant. Un tournoi des Six Nations difficile, où son rôle de titulaire est remis en question puis un genou démis l'obligent à dire stop. Pour relancer sa carrière, ''Wilko'' a besoin d'un nouveau challenge. A 30 ans, il dispute sur la rade son dernier challenge au très haut niveau. Avec le succès qu'on lui connaît.

Wilkinson : ''J'ai passé toute ma vie avec un ballon, ça va être un grand choc pour la suite''

Sur la pelouse, après ce dernier combat victorieux, Wilkson a encore fait étalage de la modestie affichée depuis le début de sa carrière. ''Tout ce que je peux faire, c'est remercier tout le monde, mes entraîneurs, mes coéquipiers, les supporters de Toulon''. Dans la semaine du côté de Toulon, son cas assez spécifique est souvent revenu dans les discussions. Jeudi, c'est Bernard Laporte qui a le mieux évoqué l'enjeu de ce dernier match. Plus que la symbolique d'un titre après 22 ans de disette, c'est la sortie de Jonny qu'il fallait soigner. ''On s'est dit des choses et notamment que l'on n'avait pas droit de ne pas offrir ce dernier titre à cet homme'', résumait simplement l'ancien sélectionneur du quinze de France.

Parti avec le sourire, Sir Wilkinson va désormais regarder le Championnat français de loin. ''J'ai passé toute ma vie avec un ballon, ça va être un grand choc pour la suite'', confiait le patron des nouveaux champions de France. Il ne serait pas étonnant de le voir rapidement revenir sur un banc ou dans un staff technique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

"Nos aînés ont raison" : nouvelle tribune de militaires sur le risque d'une "guerre civile" en France

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : l'interview poignante de Valérie Bacot dans "Sept à Huit"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.