Joueurs de Clermont agressés : ce que l'on sait désormais de cette affaire

Joueurs de Clermont agressés : ce que l'on sait désormais de cette affaire

FAIT DIVERS – Au lendemain de l'annonce d'une attaque à coups de sabre et de machette de plusieurs joueurs de Clermont dans la nuit de samedi à dimanche, le scénario de cette agression violente commence à prendre corps. Et il semblerait que Benjamin Kayser, Aurélien Rougerie et Julien Pierre ont été victimes d'un guet-apens après une première altercation en boîte de nuit.

On commence à y voir un peu plus clair. Dimanche, à la lecture du communiqué publié par le club de rugby de Clermont-Ferrand , on avait du mal à imaginer qu'une partie de l'effectif professionnel a été attaquée par hasard dans le centre-ville de Millau (Aveyron). Non, d'après les premiers éléments de l'enquête il s'agissait de représailles après une première friction dans une boîte de nuit. Explications.

La genèse de l'agression
Tout se serait joué plus tôt dans la soirée. Dans la nuit de samedi à dimanche, une partie de l'effectif clermontois se trouve dans un restaurant / boîte de nuit du centre de Millau (La Suite). Ville dans laquelle l'équipe fait étape avant de se rendre à Falgos (Pyrénées-Orientales) pour un stage d'avant-saison. Dans la soirée, une légère altercation éclate lorsqu'un un des joueurs s'interpose entre une jeune femme et son compagnon. L'homme ayant "une attitude agressive envers elle", explique le commandant de police Eric Delchambre. C'est cet individu qui, en compagnie d'une dizaine d’acolytes autour de 3 heures du matin, a ensuite tendu un guet-apens à la quinzaine de Clermontois présents alors qu'ils rentraient à pied vers leur hôtel.

L'enquête avance vite
Les témoignages se multiplient. Lorsqu'un des clubs phares du Top 14 fait escale à Millau, ça se remarque. Et samedi, la petite ville aveyronnaise (21 000 habitants) a scruté les moindres faits et gestes des joueurs clermontois. Ainsi, on sait qu'avant d'aller à La Suite, ils ont pris l'apéro au Yoda Café, le tout dans une bonne ambiance, signant des autographes et se laissant prendre en photos. L’altercation dans la boîte de nuit n'est donc pas passée inaperçue, tout comme l'agression un peu plus tard. Un Millavois qui a assisté à la scène ayant lui aussi été pris à partie. Ainsi, quatre individus, "des jeunes connus des services de police", a indiqué la police de Millau, ont été placés en garde à vue dimanche soir.

Plus de peur que de mal
Coups de machette et de sabre, les faits font froid dans le dos. Un peu isolés du reste du groupe au moment de l'agression, Benjamin Kayser, Aurélien Rougerie et Julien Pierre ont été les plus violemment attaqués, avant que leurs coéquipiers ne puissent les défendre. Si les deux premiers ne souffrent que de "blessures au bras", expliquait le communiqué de l'ASM, le troisième, lui, a été " le plus touché" (au niveau de la crête iliaque, dans la zone de la hanche). Mais rien d'irréversible comme l'expliquait plus tard Rougerie sur Facebook  : "Plus de peur que mal, on s'en sortira avec quelques points de suture". Julien Pierre, qui va tout de même devoir se faire opérer, a lui aussi tenu à rassurer tout le monde sur Twitter.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

EN DIRECT - Covid-19 : le régulateur britannique recommande de limiter le vaccin AstraZeneca aux plus de 40 ans

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.