Le Rugby Town FC, ou comment le football survit en terre de rugby

Le Rugby Town FC, ou comment le football survit en terre de rugby

CONTRE-COURANT – Dans cette ville au nord-ouest de Londres où est né le rugby en 1823 et où l'on voue un véritable culte à ce sport tente de coexister un modeste club de football. Il s'agit du Rugby Town football club qui, entre l'anonymat de la 8e Division anglaise et la concurrence écrasante du rugby, mise sur la formation et quelques tours de Cup pour nourrir ses ambitions.

Merci Google. Lors d'une visite en terre natale du rugby, metronews a eu l'idée sournoise de demander aux guides présents, pourtant des gens du cru qui connaissent sur le bout des doigts la ville de Rugby et la légende du héros local William Webb Ellis, s'il y avait un club de foot. Réponse : "Je sais que oui, mais de là à vous dire son nom..." Du tac au tac une dame un peu âgée mais équipée d'un smartphone nous montre son écran. " Ah voilà, c'est le Rugby Town FC  !", nous dit-elle, incapable pourtant de nous éclairer sur la division dans laquelle évolue cette drôle d'équipe qui porte le nom d'un sport concurrent.

"On évolue en Northern Premier League Division One South (la 8e division anglaise qui est semi-professionnelle ou amateur, ndlr), nous explique Mike Yeats, le directeur du club. Mais je pense qu'en ville, on est vu comme une équipe en progression qui a su se doter d'un stade et d'installations de haut niveau". Avec une capacité de 6 000 personnes maximum (ce qui serait totalement impossible en France pour un club évoluant deux crans en dessous la Division d'Honneur...), le Butlin Road Stadium accueille une moyenne de 300 à 350 supporters lors des matches à domicile. 

Mais comme ce n'est pas tous les jours que The Valley (le surnom Rugby Town FC) attire 3 961 fans, le record absolu atteint en 1981 lors d'un premier tour de Cup contre Northampton Town, l'équipe a décidé de miser sur la formation pour tenter à termes de monter les échelons.

"Parfois, les supporters adverses nous rendent le ballon en faisant des passes comme au rugby..."

"En 2005, on a reçu 1,5 million de Livres (2 millions d'euros) de la part de la Football Foundation (qui aide, notamment grâce aux revenus de la Premier League, à développer les petits clubs anglais, ndlr) qu'on a pu investir pour développer nos structures et un centre de formation, nous explique encore Mike Yeats. Aujourd'hui, on a plus de 40 équipes de jeunes garçons et 9 de filles. Ce n'était pas gagné, car ici tout est dominé par le rugby". Et c'est vrai qu'en se promenant dans cette charmante ville située à un plus d'une heure de train de Londres, on aperçoit surtout de belles résidences, des champs et... des terrains de rugby.

Une concurrence écrasante qui n'a pas l'air de trop déranger le RTFC même si les adversaires chambrent parfois les joueurs de l'équipe première. "Ça arrive que les supporters d'en face nous rende le ballon en faisant des passes comme au rugby, confie le dirigeant. Mais c'est toujours sans méchanceté, pour rire". Par contre, Mike Yeats plaisante moins lorsqu'il espère que son club va "monter le plus au possible dans la hiérarchie du football anglais", histoire de venir titiller un peu plus le rugby sur ses terres. Et ce n'est peut-être pas une utopie, car longeant le terrain de sport d'une des écoles de la ville, on a vu quelques élèves jouer au football. Sauf qu'ils étaient encore bien seuls au milieu d'une majorité de rugbymen en herbe.

À LIRE AUSSI 
>>  Rugby, la ville où le jeu a commencé
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden assure à Netanyahu qu'"Israël a le droit de se défendre"

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Covid-19 : pourra-t-on se faire vacciner durant le week-end de l'Ascension ?

Roselyne Bachelot confie souffrir d'un "Covid long"

"Pass sanitaire" et sortie de l'état d'urgence : les députés votent finalement le texte

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.