Malgré l'autopsie, la cause de la mort du jeune rugbyman Louis Fajfrowski reste inconnue

DirectLCI
DRAME - Un jeune joueur d'Aurillac, Louis Fajfrowski, est décédé vendredi après avoir été victime d'un malaise au cours d'un match amical de rugby face à Rodez. Ce lundi, le parquet indique que l'autopsie n'a pas révélé la cause de sa mort. Des analyses complémentaires ont été ordonnées

C'est un véritable drame qui pourrait relancer les discussions autour des chocs subis par les joueurs sur les terrains de rugby. Louis Fajfrowski, jeune espoir d'Aurillac, est décédé vendredi après avoir fait un malaise. Selon La Montagne, Louis Fajfrowski, âgé de 21 ans, était sorti du terrain en seconde période (60e) après avoir été victime d'un plaquage. Sonné, il avait pu se relever avec l'aide des soigneurs avant de se rendre par ses propres moyens aux vestiaires, accompagné d'un médecin.


Ce lundi, le parquet indique que l'autopsie de son corps n'a pas révélé la cause du décès et que des analyses complémentaires ont été ordonnées. "Les constatations du médecin légiste ne sont pas probantes et ne permettent pas de conclure à la cause du décès" du jeune trois-quarts centre, a déclaré à l'AFP le magistrat d'Aurillac. "Des prélèvements ont été effectués en vue de réaliser des analyses toxicologiques et anatomo-pathologiques", a-t-il ajouté. Selon lui, le rapport définitif des experts de l'Institut médico-légal de Clermont-Ferrand ne sera pas connu avant "un mois et demi à deux mois".

Il n'a pas repris connaissance après le troisième malaise

C'est aux vestiaires que le jeune homme avait perdu connaissance à plusieurs reprises après être sorti du terrain. Pris en charge par le service médical et les secours supplémentaires arrivés sur place, il n'avait pas pu être ranimé, toujours selon La Montagne. Il était décédé vers 20 heures. 

Le Stade Aurillacois et le monde du rugby en deuil

"Le @SArugbyofficiel a la douleur de faire part du décès de Louis FAJFROWSKI, jeune joueur espoir. Louis est décédé à la suite d’un malaise dans le vestiaire lors d'un match amical. Le Stade Aurillacois est en deuil et ses membres adressent leurs sincères condoléances à sa famille", avait indiqué le Stade Aurillacois sur son compte Twitter vendredi soir, suivi par des personnalités du monde du rugby et des clubs de l'élite.

Ce lundi, la Ligue nationale de rugby (LNR) a décidé, à la demande d'Aurillac, de reporter à dimanche son match d'ouverture de la saison de Pro D2 contre Oyonnax, initialement prévu vendredi, en raison des obsèques de Louis Fajfrowski, qui avait rejoint le Stade Aurillacois en 2015 après avoir évolué pendant trois saisons chez les jeunes du Montpellier Hérault Rugby. Le joueur comptait une vingtaine de matches en Pro D2 au cours des deux dernières saisons.


Pour l'heure, il est impossible de lier le choc au décès de ce jeune espoir du rugby, mais après le drame survenu en mai dernier, à Billom dans le Puy-de-Dôme, où un jeune joueur était aussi décédé après un match, nul doute que la polémique entourant le risque des chocs violents subis par les joueurs pourrait refaire surface. Deux pistes considérées comme "les plus fréquentes en matière de décès de sportifs" sont envisagées par les médecins, souligne le parquet d'Aurillac, qui a ouvert une enquête confiée à la police de la ville : d'une part, un "arrêt cardiaque lié à des produits dopants", même si "à ce stade de l'enquête, nous n'avons aucun élément en ce sens", assure le parquet. Les analyses anatomopathologiques pourraient également révéler des "traumatismes du myocarde invisibles à l'oeil nu lorsqu'ils ne sont pas suffisamment importants", et que l'autopsie n'a pu déceler, a-t-il ajouté.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter